Intermezzo du titulaire, pour Noël

Les Amis de l’orgue de Saint-Barnard auront su, par une programmation renouvelée et des concert d’une particulière qualité, marquer l’anniversaire de la création de leur association. Les fondateurs n’imaginaient sûrement pas que, cinquante ans après leur réunion initiale, destinée à sauver l’orgue de la collégiale de l’oubli et du délabrement qui le touchait, que d’autres bénévoles, tout aussi investis, s’ingénieraient, par des concerts étonnants, à marquer d’une pierre blanche cet anniversaire ! Rappelons les faits : un cycle de trois concerts très originaux a été initié par l’équipe de Frédéric Brun, qui préside aujourd’hui l’association. L’Orgue et son double a été l’occasion, au printemps, d’entendre, d’une certaine façon, encore plus d’orgue que d’habitude. Le poétique mariage de l’auguste instrument avec son parent mécanique, actionné par Patrick Mathis, avec Viviane Loriaut, a ouvert la série avec esprit et finesse. Peu après, un étonnant instrument, à la fois respectueux de son passé et en tous points novateur, l’Orgue du voyage de Jean-Baptiste Monnot, brillant musicien venu tout exprès de Rouen, envahissait la nef de ses buffets multiples. Des sons inusités, révolutionnaires, jaillissaient tout près d’un public médusé et d’autant plus charmé qu’un superbe dialogue concertant, sur une musique de Vivaldi, ponctuait avec succès ce concert à deux orgues. Enfin, les mains plus que douées de Kaori Sakaï et Muriel Groz s’emparaient ensemble des claviers pour un duo saisissant de virtuosité. Trois concerts qui, par leur superbe aisance et leur amicale chaleur ont subjugué le public présent. Ils ne doivent pas masquer les Jeux d’orgue, le Marathon, les Intermezzi (durant lesquels on a entendu de belles chorales locales) et les célèbres Double Jeu ! qui ont accueilli un florilège enviable de talents. La tribune romanaise n’a pas à rougir de son succès ! Il s’y entend de la bonne musique et cela se sait !20170418_181022
Pour conclure cette année musicale riche, Jean-Michel Petit, organiste de la collégiale, et Frédéric Brun, président de l’association mais aussi organiste de l’église de Bourg-de-Péage, se réuniront pour donner, l’après midi de Noël, mardi 25 décembre à 16h30 (entrée libre), un ultime Intermezzo du titulaire – ou plutôt « des titulaires » ! Le répertoire de l’orgue est riche de nombreuses musiques écrites durant près de cinq siècle pour honorer la Nativité. C’est un florilège tout en couleurs que donneront les deux amis.

Ce concert précèdera de quelques jours l’assemblée générale de l’association, qui se tiendra à Romans le samedi 26 janvier à 10h30. L’occasion sera à alors aux bilans mais aussi aux projets. On sait d’ores et déjà que l’association porte, avec la municipalité, le projet d’une grande rénovation de l’instrument de la collégiale, étape importante de sa vie. Utilisé tous les jours par des amateurs, visité par les enfants des écoles, il est aussi largement sollicité pour de nombreux concerts et la liturgie. Il est régulièrement entretenu sous l’oeil avisé de Jean-Michel Petit. Le « relevage » de l’orgue, devenu indispensable, lui redonnera le lustre qu’il mérite. Il sera l’occasion d’en reparler !

Dons et prélèvement à la source

fichier pdf Prélèvement à la source et don

Chers amis, 

Le document joint, issu d’un article du Parisien. Il explicite les effets sur le don aux associations reconnues d’utilité publique, comme la nôtre, du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

Au final, une chose est sûre : continuons à donner aux associations : aux Amis de l’orgue de Saint-Barnard, pour la mise en valeur de l’orgue de la collégiale par une saison musicale originale et de qualité, et aux autres !

Intermezzo de la Sainte Cécile, dimanche 25 novembre à 16h30

La saison 2018, qui a marqué les cinquante ans de l’association des Amis de l’orgue, aura été d’une belle et constante qualité ! Le cycle anniversaire, intitulé d’une façon très orginale « L’Orgue et son double » a vraiment marqué les esprits du public nombreux qui a assisté aux trois concerts. Déboubler l’orgue, le multiplier, lui associer des instruments originaux, voilà des idées à même de donner une image renouvelée de l’instruments à tuyaux, de celui de la collégiale tout particulièrement, dont, véritablement, on peut dire qu’il est l’objet de soins attentifs et d’une constante attention pour qu’il brille de toutes ses attachantes qualités. Une fois encore, on entendra le bel instrument, construit par Chambry, résonner dans un concert de belle qualité donné par le chœur orthodoxe Convivia musica qui présentera un programme de chants sacrés russes et bulgares. Cet Intermezzo du titulaire, organisé pour célébrer Sainte Cécile, sera donné le dimanche 25 novembre, à 16h30 (entrée libre), avec la participation de Jean-Michel Petit, organiste titulaire et donc, maître d’oeuvre de ce concert.

Convivia musica est un ensemble vocal composé d’une trentaine de chanteurs et solistes. Il est spécialisé dans le répertoire liturgique orthodoxe russe et bulgare depuis dix ans. Il est l’émanation de l’association du même nom, créée il y a 20 ans, qui s’attache à la formation musicale. Des stages, d’ailleurs, élargissent le répertoire et l’audience en se consacrant à la mise au point de grandes oeuvres du répertoire classique. Le prochain, dédié au Magnificat de Johann Sebastian Bach, se déroulera lors du week-end de l’Ascension 2019. C’est Geneviève Judes qui est à l’origine de cette structure. Son activité débordante nécessitait un cadre plus construit : c’est pour cela que l’association et le choeur ont été organisés. Bien connue dans la région pour son importante activité et la générosité de son action, Geneviève Judes, professeur de chant, chef de chœur (elle a aussi dirigé le choeur Alléluia) et passionnée de chant sacré russe, assure la formation régulière des chanteurs. Le répertoire essentiel du choeur est consacré au chant orthodoxe russe. Celui-ci est l’héritier direct du chant liturgique byzantin. D’abord à l’unisson, il est devenu polyphonique et a mélangé ses origines orientales aux musiques occidentales. Ces œuvres sont chantées depuis le XIVe siècle en slavon. Au fil des siècles, des compositeurs tels Rachmaninov, Tchaïkowski ou Rimsky Korsakov, en ont écrit. La richesse et la splendeur de ces chants sont à rapprocher de l’art des icônes par la variété très russe des couleurs. La présence impressionnante du « bourdon », les nuances et les forts contrastes de volume et de rythmes, les enchaînement d’accords quasi célestes, confèrent à cette musique slave un caractère original qui ne déroute cependant jamais nos oreilles. En notre époque si prompte à l’agitation, ces chants apportent à tous les auditeurs un partage de beauté intense, de lumineuse sérénité et offrent aux croyants un moment de prière.

Le public pourra ainsi découvrir, outre trois œuvres d’orgue de Gounod, Bach et Buxtehude, des œuvres vocales a capella Dmitry Bortnianski, Mikhail Glinka, Pavel Vorotnikof, Anatoly Lomakin, Mikhail Strokine, Piotr Ilitch Tchaikovski, Alexander Akangelski, Anatoly Liadov et Dobri Christov. C’est bien à un voyage esthétique et spirituel que le public est convié à l’occasion de ce concert. La beauté des voix, la splendeur des oeuvres, l’élévation de l’ensemble, ne manqueront pas d’impressionner le public.

Intermezzo de la Sainte-Cécile : splendeurs orthodoxes

La saison 2018, qui a marqué les cinquante ans de l’association des Amis de l’orgue, aura été d’une belle et constante qualité ! Le cycle anniversaire, intitulé d’une façon très orginale « L’Orgue et son double » a vraiment marqué les esprits du public nombreux qui a assisté aux trois concerts. Déboubler l’orgue, le multiplier, lui associer des instruments originaux, voilà des idées à même de donner une image renouvelée de l’instruments à tuyaux, de celui de la collégiale tout particulièrement, dont, véritablement, on peut dire qu’il est l’objet de soins attentifs et d’une constante attention pour qu’il brille de toutes ses attachantes qualités. Une fois encore, on entendra le bel instrument, construit par Chambry, résonner dans un concert de belle qualité donné par le chœur orthodoxe Convivia musica qui présentera un programme de chants sacrés russes et bulgares. Cet Intermezzo du titulaire, organisé pour célébrer Sainte Cécile, sera donné le dimanche 25 novembre, à 16h30 (entrée libre), avec la participation de Jean-Michel Petit, organiste titulaire et donc, maître d’oeuvre de ce concert.

Convivia musica est un ensemble vocal composé d’une trentaine de chanteurs et solistes. Il est spécialisé dans le répertoire liturgique orthodoxe russe et bulgare depuis dix ans. Il est l’émanation de l’association du même nom, créée il y a 20 ans, qui s’attache à la formation musicale. Des stages, d’ailleurs, élargissent le répertoire et l’audience en se consacrant à la mise au point de grandes oeuvres du répertoire classique. Le prochain, dédié au Magnificat de Johann Sebastian Bach, se déroulera lors du week-end de l’Ascension 2019. C’est Geneviève Judes qui est à l’origine de cette structure. Son activité débordante nécessitait un cadre plus construit : c’est pour cela que l’association et le choeur ont été organisés. Bien connue dans la région pour son importante activité et la générosité de son action, Geneviève Judes, professeur de chant, chef de chœur (elle a aussi dirigé le choeur Alléluia) et passionnée de chant sacré russe, assure la formation régulière des chanteurs. Le répertoire essentiel du choeur est consacré au chant orthodoxe russe. Celui-ci est l’héritier direct du chant liturgique byzantin. D’abord à l’unisson, il est devenu polyphonique et a mélangé ses origines orientales aux musiques occidentales. Ces œuvres sont chantées depuis le XIVe siècle en slavon. Au fil des siècles, des compositeurs tels Rachmaninov, Tchaïkowski ou Rimsky Korsakov, en ont écrit. La richesse et la splendeur de ces chants sont à rapprocher de l’art des icônes par la variété très russe des couleurs. La présence impressionnante du « bourdon », les nuances et les forts contrastes de volume et de rythmes, les enchaînement d’accords quasi célestes, confèrent à cette musique slave un caractère original qui ne déroute cependant jamais nos oreilles. En notre époque si prompte à l’agitation, ces chants apportent à tous les auditeurs un partage de beauté intense, de lumineuse sérénité et offrent aux croyants un moment de prière.

Le public pourra ainsi découvrir, outre trois œuvres d’orgue de Gounod, Bach et Buxtehude jouées par Jean-Michel Petit, des œuvres vocales a capella Dmitry Bortnianski, Mikhail Glinka, Pavel Vorotnikof, Anatoly Lomakin, Mikhail Strokine, Piotr Ilitch Tchaikovski, Alexander Akangelski, Anatoly Liadov et Dobri Christov. C’est bien à un voyage esthétique et spirituel que le public est convié à l’occasion de ce concert. La beauté des voix, la splendeur des oeuvres, l’élévation de l’ensemble, ne manqueront pas d’impressionner le public.

 

 

Concert de commémoration de l’armistice, suite…

Dans le souvenir du merveilleux concert dédié à l’anniversaire de l’armistice de 1918, donné dimanche dernier par Hervé Désarbre, à l’orgue, et Cathia Lardeau, mezzo, nous vous donnons à lire l’entretien que nous a accordé l’organiste du Ministère des armées avant le concert, ainsi que le dossier consacré à « La guerre et la littérature » qui élargissait le point de vue de ce moment musical.

Le souvenir du public reprenant à pleins poumons Quand Madelon…, porté par le beau timbre de Cathia Lardeau et le dynamique accompagnement d’Hervé Désarbre, restera longtemps en nos mémoires !…

fichier pdf Entretien avec Hervé Désarbre

fichier pdf La guerre et la littérature

Concert orgue et violon à Montélimar

Les Amis de l’Orgue de la Collégiale Sainte-Croix à Montélimar ont le plaisir de vous inviter à leur premier concert de la saison, le samedi 20 octobre à 17h30. Il sera donné par Freddy EICHELBERGER, organiste et claveciniste et Odile EDOUARD, professeur de violon baroque au CNSM de Lyon.  Au programme, deux Sonates pour violon et clavier et des chorals pour orgue de Johann Sebastian Bach. Ne ratez sous aucun prétexte ce concert, qui nous est proposé par deux grands noms de la musique baroque européenne !Entrée libre avec libre participation aux frais.

Adresse : Collégiale Sainte-Croix, rue Sainte-Croix à Montélimar

CV des musiciens et programme détaillé : www.beckerathamontelimar.com

1918-2018 : anniversaire de l’Armistice

Comme le souligne Marie-Hélène Thoraval, « cette année 2018 marque le centenaire de la signature de l’Armistice de 1918 et la fin des combats du premier conflit mondial. À cette occasion, la Ville de Romans-sur-Isère entend pleinement commémorer la Grande Guerre mais surtout célébrer la Paix et rendre hommage à toutes celles et ceux qui se sont battus pour notre liberté afin de regarder l’avenir avec optimisme. » Ainsi, les Amis de l’orgue, soucieux d’inscrire leur activité dans la vie publique romanaise en y associant l’orgue, ont organisé un concert qui s’annonce original et plein de sens, ce dimanche 21 octobre, à 16h30 (entrée : 10€, billets en vente sur place). Il sera donné par Hervé Désarbre, organiste du Ministère des armées et titulaire de l’orgue de la chapelle du Val-de-Grâce à Paris. Il sera en compagnie de la mezzo Cathia Lardeau, professeur au Conservatoire à rayonnement départemental de Valence-Romans-Agglo.

Quel choix plus approprié que d’inviter un musicien lié par ses fonctions aux Armées pour ce concert ? Dans un entretien qu’il a accordé aux Amis de l’orgue, le célèbre organiste français, déjà invité plusieurs fois à Romans, éclaire son titre, sa démarche et son activité protéiforme : « La principale obligation qui est faite aux organistes des armées est de mettre en valeur l’orgue qui leur est confié, et donc, par extension, le lieu dans lequel il se trouve. Mission aisée à remplir, car ces lieux-là sont parmi les plus beaux que l’on connaisse, le Val-de-Grâce, les Invalides, l’Ecole militaire et le Prytanée militaire. Au Val-de-Grâce, outre les offices dominicaux ou autres, j’ai ainsi organisé, depuis ma nomination en 1993, plus de 300 auditions d’orgues et concerts. (…) Parallèlement à cette fonction, je suis directeur artistique d’une maison d’édition, également engagé dans la réserve citoyenne et au sein de la famille camillienne laïque, qui soutient les dispensaires et centre de santé installés par les Camilliens dans les pays pauvres. » Le programme du concert est une étonnante association d’œuvres rares toutes liées avec le conflit mondial que l’on commémore. Ce choix a été élaboré après de longues recherches : « Je passe beaucoup de temps à chercher, lire et relire, découvrir, mettre en relation, en parallèle, des œuvres et des thèmes, des anniversaires et des titres. Un musicien, lorsqu’il bâtit un programme, est comme un cuisinier, qui doit trouver les bons mélanges d’herbes et d’épices et sélectionner les meilleurs produits… Avec l’orgue et son répertoire, on peut tout jouer, tout fêter, tout célébrer ! C’est donc avec une certaine « gourmandise », j’aime ce mot, que j’explore les répertoires des différents pays, donc des différentes écoles, et lorsque je trouve une pièce qui m’intéresse, je pense tout de suite à la partager (…). Pour ce concert, « il m’est apparu naturel, comme organiste du ministère des armées, de mettre en valeur des compositeurs engagés au front, d’autant que ceux-ci étaient la plupart du temps dans le service de santé militaire, auquel appartient le Val-de-Grâce ». Hervé Désarbre souscrit, à l’occasion de ce concert, à la volonté des Amis de l’orgue et la Ville de placer l’orgue dans la vie de la cité : « En France, les orgues se trouvent pour l’essentiel dans les églises ; par surcroît beaucoup se trouvent en tribune, hors des regards. (…). L’autre côté de la médaille, c’est d’être la voix qui vient de loin, d’en-haut, d’être aux claviers d’un instrument fait uniquement « pour la messe ». Si l’on pense comme ça, le débat est clos, et le répertoire se rétrécit singulièrement. Pour ma part, l’orgue est pratiquement un être vivant (…). Ça, ça me plaît, car cet instrument n’est pas une « commode qui fait de la musique », une horloge musicale. Il est là pour participer pleinement aux offices, certes, mais aussi pour souligner des événements, participer à la vie de la cité en commémorant, en fêtant, en témoignant ; c’est un acteur à part entière, et donc vivant, du patrimoine, rôle, me semble-t-il, que lui attribue fort justement les Amis de l’orgue de St-Barnard à travers ce concert, auquel je suis heureux de participer.

Né à Roanne, Hervé Désarbre a été l’élève de grands noms de l’orgue français : André Fleury et Guy Morançon. D’abord organiste de l’église Saint-Louis de Roanne, il a été nommé, en 1993, titulaire de l’orgue historique du Val-de-Grâce, à Paris. Il a joué en soliste avec différents choeurs, ensembles et orchestres français et étrangers et s’est produit dans de nombreux pays et a récemment donné une tournée en Russie. Il a créé nombre d’oeuvres contemporaines, françaises ou étrangères, pour orgue seul ou avec orchestre, la plupart lui étant dédiées, et a enregistré une quinzaine de disques. Il sera en compagnie de Cathia Lardeau. Après une formation à la Maîtrise de l’Opéra de Lyon et au Studio Vocal lyonnais, Cathia Lardeau a intégré le Royal Northern College of Music de Manchester avant d’être finaliste du Elisabeth Harwood Memorial Trust Award. Travaillant successivement avec le Collegium Vocale de Gand, le festival d’opéra de Glyndebourne et l’Opéra de Flandres, Cathia Lardeau, diplômée du CNSM de Lyon, enseigne le chant au CRD de Valence-Romans-Agglo. Le programme, on l’a dit plus haut, est d’une singulière originalité et en tous points approprié à l’occasion particulière de ce concert commémoratif. Chacun des pays bélligérants sera honoré par des oeuvres composées par des musiciens qui ont pris part au conflit ou qui ont souhaité rendre hommage, par leurs notes, à ceux qui le vécurent. Ainsi, on entendra, pour la France, des oeuvres de Maurice Ravel (« Pièce en forme de Habanera »,  transcrite pour orgue par Léonce de Saint-Martin), André Fleury (« Psaume pour les morts de la guerre », pour voix et orgue), Joseph Boulnois, mort en 1918 (« Quatre pièces brèves », pour orgue), de Déodat de Séverac (« Méditation », pour orgue), André Caplet (« Détresse », pour voix et orgue), Fernand Bodé, dit Clapson (« La wachkyrie », pour orgue), Jacques de la Presle (« Alma Mater », pour orgue) et Camille Robert (« Quand Madelon », pour voix et orgue) ; pour l’Allemagne, deux lieder de Max Reger (« Waldansamkeit » et « Lied eines Madchens », pour voix et orgue) ; pour les Etats-Unis, « The castle », pour orgue de James Reese Europe ; pour la Serbie, « La révélation de la lumière », pour orgue, d’Ivan Jevtic : pour la Belgique, la  » Toccata sur Big Ben », pour orgue de Jean-Marie Plum ; pour la Grande-Bretagne, les « Roses of Picardy » d’Haydn Wood et pour l’Italie, l’ »Omaggio all’Italia, fantasia su canti della Prima Guerra » d Enrico Pasini.

Le talent reconnu des musiciens invités, déjà entendus de nombreuses fois à Romans et salués par un public unanime, l’à propos avec lequel les œuvres ont été choisies, leur sens, leur résonance particulière, tout concourt à ce que ce concert soit un des événements les plus intenses de ce mois et demi de manifestations municipales où la musique aura toute sa place. Ce concert à Saint-Barnard vérifie par ailleurs, une nouvelle fois, l’engagement des Amis de l’orgue et l’originalité de leur programmation.m1_MTQ4MQ_775_Cathia-Lardeaudésarbre

Anniversaire !

Notre ami Jean-Michel Petit fêtera, ce samedi, le dixième anniversaire de son titulariat aux claviers de l’orgue de la collégiale !

Un moment amical est prévu après la messe de 18h00.

jean-michel-petit

Saison musicale au temple Saint-Ruf de Valence

Les Amis de l’orgue du temple Saint-Ruf de Valence ont publié le programme de leur saison musicale :

- dimanche 4 novembre à 17h00 : concert flûte et orgue avec Marie-Pierre Auclair, flûte et Francis Auclair, organiste de Niedermorschwihr

- dimanche 16 décembre à 17h00 : concert de Noël, avec le Petit chœur de Saint-Ruf

- dimanche 10 février à 17h00 : chœur Madrigal de la vallée du Rhône, Gérard Lacombe, direction

- dimanche 10 mars à 17h00 : Pierre-Alain Millot, trompette et Dominique Joubert, orgue

- dimanche 14 avril à 17h00 : concert des Rameaux avec Frédéric Munoz, orgue

- vendredi 21 juin à partir de 20h30 : Fête de la musique, orgue, chœurs…

Courriel : orguestemplevalence@yahoo.fr

Facebook : @lesamisdesorguesvalence

Double Jeu ! de Coralie Amedjkane, samedi 29 et dimanche 30 septembre

La qualité musicale de la série organisée par les Amis de l’orgue de Saint-Barnard se confirme et se vérifie chaque semaine avec une constance qui mérite d’être soulignée une nouvelle fois. Vincent Genvrin, un des grands talents de la scène de l’orgue français actuelle, donnait la mesure de la sûreté de son jeu lors des deux concerts de cette originale formule. A Romans, d’immenses Bach rendus avec fermeté précédaient une sonate presque romantique d’un des fils du Cantor de Leipzig. Des œuvres en apparence plus légères de Mendelssohn et Lefébure-Wély complétaient le programme mais donnaient aussi à redécouvrir des auteurs connus sous des angles nouveaux, ce à quoi contribuaient la clarté du discours et la technique impeccable du musicien. A Saint-Antoine-l’Abbaye, le public adhérait d’un seul cœur à un programme exigeant où alternaient gravité et fantaisie. Musiques denses et fantasques qui mettaient tout particulièrement en valeur les sonorités superbes de l’instrument et, une nouvelle fois, apportaient la preuve du talent du musicien, discret et vite parti rejoindre ses obligations parisiennes mais qui venait d’imprimer sa marque sur un public unanimement enchanté.

Pour le dernier concert de cette série décidément appréciable, les deux associations ont invité une jeune musicienne déjà demandée par les grandes tribunes : Coralie Amedjkane. Musicienne passionnée depuis sa plus tendre enfance, vit son parcours musical commencer avec le Premier Prix ex-aequo du Concours International de piano de Brest. Elle a débuté l’orgue à l’âge de 12 ans et est entrée au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris dans la classe de Marie-Louise Langlais puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Michel Bouvard et d’Olivier Latry. Dans cet établissement, elle a abordé aussi les disciplines d’érudition (analyse, écriture…), l’improvisation, le chant grégorien et la basse continue. Lors de diverses master-classes, elle a pu bénéficier des conseils des plus éminents organistes tels que Michel Chapuis, Ton Koopman ou encore J. Verdin (pratique de l’harmonium).Elle a été organiste en résidence au Sapporo Concert Hall (Japon) où elle a pu donner des concerts en soliste et avec orchestre, des cours et masters classes. En 2016, elle s’est produite à la Maison de la Radio à Paris dans le cadre de l’inauguration du nouvel orgue Grenzig. Elle s’est fait entendre du haut de la plupart des grandes tribunes françaises, à l’étranger, et aux festivals de Radio-France & Montpellier, La Chaise-Dieu, Comminges, Les Celtiques de Guérande… Depuis 2015, elle fait partie de l’ensemble de musique baroque Athénaïs. Musicienne éclectique, Coralie Amedjkane aborde l’ensemble du répertoire d’orgue, de la musique Renaissance à celle du XXIème siècle. Une de ses principales préoccupations en tant qu’artiste est de proposer des programmes de récitals originaux qui aient du sens, afin que l’auditeur vive une véritable immersion esthétique et philosophique. Désireuse de montrer que l’orgue est un instrument bien vivant dans le monde de la culture et de la création, elle s’emploie avec passion à faire découvrir la musique contemporaine, telle celle de Vincent Paulet, Thierry Escaich, Jean-Charles Gandrille… Sa conviction profonde quant à l’importance de la médiation chez l’artiste la pousse à proposer des concerts didactiques. Coralie Amedjkane est titulaire de l’orgue Abbey – Londe de l’église St-Nicolas – St-Marc de Ville d’Avray (92). Elle enseigne actuellement l’orgue au Conservatoire de Beauvais. Depuis 2016, elle est membre de la Commission Nationale du Patrimoine et de l’Architecture (section orgues et instruments de musique).

Le public de Romans pourra constater les qualités reconnues de la musicienne lors de son concert le samedi 29 septembre à 17h00 dans un programme de haute tenue qui s’ouvrira par les immenses « Variations canoniques » de Johann Sebastian Bach, œuvre de haute spéculation intellectuelle, chef d’œuvre de contrepoint, rarement données en concert. De Mozart on entendra un « Andante » originellement écrit pour une horloge dotée de flûtes. Les « Quatre esquisses » de Robert Schumann furent écrites pour le piano-pédalier, instrument oublié. Les organistes se sont approprié ces œuvres qui font admirablement sonner l’orgue. Enfin, deux « Pièces de fantaisie » de Louis Vierne concluront le concert : « Clair de lune », admirable méditation crépusculaire, et « Hymne au soleil », triomphante évocation de l’astre lumineux due à un musicien aveugle. Ce programme, intitulé « Couleurs de l’orgue », précèdera un autre concert, donné à Saint-Antoine-l’Abbaye le dimanche 30 septembre à 17h00. Intitulé « Echos du passé, sonorités d’aujourd’hui », le programme mêlera des œuvres de Giovanni de Macque (vers 1550 / 1614), Girolamo Frescobaldi et Nicolas de Grigny à celles de compositeurs de notre époque : György Ligeti et Vincent Paulet. La musicienne rappelle que « l’orgue de Saint-Antoine se prête magnifiquement au jeu des allers-retours entre ces deux époques, baroque et contemporaine » et s’interroge avec à-propos : « qui, de Frescobaldi, de Macque ou Ligeti est le plus moderne ? ».

Deux concerts du plus haut intérêt, à ne pas manquer (entrée libre, participation aux frais).Coralie Amedjkane

12345...20



musicattitude01 |
My favorite things |
Gribouille et Eva |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalo Carrega, musicien
| mamadou-système
| Frank Woodbridge - Compos...