Archive mensuelle de août 2015

Double Jeu ! de Paul Goussot, 5 et 6 septembre

Les Amis de l’orgue de Saint-Barnard nous ont habitués, depuis quelques années, à donner au public le plaisir d’entendre des organistes de très haute volée durant leur cycle de septembre : les Double Jeu ! Titre ô combien signifiant puisque l’on nomme « jeu » chacun des timbres de l’instrument ; tout aussi bien, ce titre très accrocheur peut renvoyer au défi que constitue le programme qui est proposé aux musiciens : donner deux concerts sur deux instruments radicalement différents, l’un le samedi à Romans, le second le dimanche à Saint-Antoine-l’Abbaye. L’orgue de la collégiale romanaise, polyvalent et attaché au style néoclassique, se prête volontiers à la musique romantique, à celle du début du XXème siècle qui est celle qui convient le mieux à son esthétique, mais sait aussi donner des couleurs convaincantes à la musique ancienne  ou contemporaine pour peu que l’instrumentiste en ait la volonté ! A Saint-Antoine-l’Abbaye, l’organiste aura sous les doigts un des fleurons de l’orgue français, un instrument tout entier dédié à la musique baroque française mais dont la richesse sonore s’adapte volontiers au reste du répertoire italien, allemand ou espagnol des XVII et XVIIIèmes siècles. Défis certes, mais aussi réels plaisirs de mélomanes quand la combinaison de la technique de ces virtuoses, de la chaleur de leur âme et de désir de donner à entendre le meilleur d’eux-mêmes fait de ces concerts, de ces week-ends de septembre, de merveilleux moments qui comblent les fervents comme ceux que l’orgue intrigue encore !

Pour ouvrir ce cycle, qui s’annonce cette année d’une particulière qualité, tant chacun des invités brille par un curriculum vitae enviable, c’est Paul Goussot qui est, à nouveau, accueilli. Le public avait pu découvrir son talent vraiment sidérant et convaincant de naturel, il y a deux ans. Né en 1984 à Bordeaux, il a effectué ses études au Conservatoire National Supérieur de  Musique de Paris où il a obtenu les plus hautes distinctions. Lauréat de nombreux concours internationaux d’orgue et d’improvisation (Bruges, Saint-Maurice, Luxembourg, Saint-Albans, Haarlem), Paul Goussot est invité, depuis, dans de prestigieux festivals d’Europe et se produit en compagnie d’artistes renommés comme Christian Ivaldi, Olivier Latry, ou encore avec le Caius Consort de Cambridge. En octobre 2009, Paul Goussot a été nommé « First Young Artist in Residence » à la cathédrale de la Nouvelle-Orléans. Lors de ce séjour, il s’est produit à l’orgue comme au clavecin en Louisiane et au Texas. Musicien polyvalent, Paul Goussot a toujours cherché à diversifier son métier d’artiste en s’intéressant tout autant à l’orgue qu’au clavecin, à l’improvisation et à la pédagogie. Titulaire de l’orgue Dom Bedos de l’Abbatiale Sainte-Croix de Bordeaux, il a succédé à François-Henri Houbart au poste de professeur d’orgue du Conservatoire de Rueil-Malmaison. Récemment, il a accompagné de nombreuses projections, dont récemment, celles du Musée d’Orsay à Paris et de la Cinémathèque Française.

L’éclectisme du talent de Paul Goussot se confirmera aisément à la découverte de son programme. A Romans, il donnera à entendre d’Alexandre Guilmant, le « Final » de la « Première Sonate op.42″. Lui-même maintenant quelque peu oublié, Guilmant fut à l’origine du mouvement de redécouverte de la musique ancienne dont il assura l’édition de nombreux auteurs. Sa musique d’orgue, très typique de la diversité stylistique du XIXème siècle, réserve quelques bonnes pages, comme ce final enlevé et robuste. Tout différent, les Anthems « Zadok the Priest » de Haëndel sonneront dans un étonnant contraste. Engageant ensuite une belle perspective vers notre époque, le programme enchaînera, après un « Prélude » de Gabriel Pierné, plusieurs transcriptions tout à fait bienvenues : deux extraits de « Pelléas et Mélisande » de Gabriel Fauré (le « Prélude » et la « Sicilienne ») qui prendront un nouveau visage en passant de l’orchestre à l’orgue ; du toujours surprenant Charles Tournemire, musicien fantasque et insaisissable, une superbe improvisation retranscrite en dictée musicale (la fluide « Fantaisie Improvisation sur Ave Maris Stella » de 1928) et, pour finir, la diabolique et suprêmement virtuose « Toccata » de Serge Prokofiev. Paul Goussot terminera sur une improvisation sur un texte littéraire. A Saint-Antoine-l’Abbaye, le jeune musicien jouera, le lendemain à 17h00, le « Praeludium BuxXV 148″ de Dietrich Buxtehude, le très étonnant « In nomine » de John Bull, les Anthems « Zadok the Priest » de Haëndel et le « Concerto pour 4 violons en si mineur » de Vivaldi, programme qu’il pimentera d’improvisations dans divers styles, exercice dont il est coutumier et qui attire des éloges unanimes.

Il faut saluer l’étroite collaboration entre les Amis de l’orgue de Saint-Barnard et de Saint-Antoine-l’Abbaye : elle nous permet de rencontrer des musiciens de très haute volée, hôtes des tribunes les plus prestigieuses. Paul Goussot à Romans, le samedi 5 septembre à 17h30 et à Saint-Antoine-l’Abbaye, le dimanche 6 septembre à 17h00 – entrée libre, participation aux frais dans les deux cas. A ne pas manquer !

paul-goussot

Toute la presse en parle !…

Chers amis,

Voici résumée la « couverture presse » de la première partie de notre saison. Au passage, nous remercions chaleureusement L’Impartial, l’édition romanaise du Dauphiné libéré et Drôme hebdo pour leur fidèle efficacité.

fichier pdf presse1 fichier pdf presse2 fichier pdf presse3




musicattitude01 |
My favorite things |
Gribouille et Eva |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalo Carrega, musicien
| mamadou-système
| Frank Woodbridge - Compos...