Archive mensuelle de juin 2017

Jeux d’orgue de Frédéric Munoz : un voyage dans le temps et l’espace

La diversité dont font preuve les Jeux d’orgue des Amis de l’orgue de Saint-Barnard, en ce mois de juin, est tout de même assez étonnante ! Après Dominique Joubert, qui alternait joie de vivre et intense méditation ; Muriel Groz qui s’aventurait ensuite sur les terres étranges de la musique minimaliste et Jean-Michel Petit qui accompagnait le rare et étonnant violon à archet courbe de Philippe Borer, la série de concerts s’achèvera avec une voyage dans l’espace et le temps proposé par l’organiste de l’abbatiale de Saint-Guilhem-le-Désert : Frédéric Muñoz.

Né dans une famille de tradition musicale, Frédéric Muñoz a été l’élève de Georges Laval, disciple de Xavier Darasse, avant de rencontrer Michel Chapuis à la tribune de l’orgue de Saint-Maximin, et Pierre Cochereau aux claviers de l’orgue de Notre-Dame de Paris qui décidèrent de sa vocation d’organiste. Pharmacien, il a été nommé titulaire de l’orgue historique de l’Abbaye de Saint-Guilhem- le-Désert, construit au XVIII° siècle par Jean Pierre Cavaillé. Son dynamisme lui a permis de mener à bien la construction de l’orgue espagnol de l’église des Saint-François à Montpellier ainsi que de l’orgue du Temple d’Alès, construit par Gérald Guillemin. Fervent représentant de l’esthétique baroque en France, il s’est formé auprès d’Odile Bailleux et de Michel Chapuis, mais aussi de Scott Ross, Lorenzo Ghielmi et René Saorgin. Son répertoire de prédilection va de la Renaissance à la fin du Baroque, frédéric munozmais il interprète également des compositeurs du vingtième siècle comme Jehan Alain, Eric Satie, Gyorgy Ligeti… Plusieurs de ses enregistrements ont été salués par la critique. Depuis 2014, il a entrepris des recherches sur la musique arabo-andalouse et son adaptation à l’orgue, au travers de diverses expériences de concert, très appréciées par le public. Producteur sur RCF, il est aussi directeur de publication de la revue Le Tuyau, figure parmi les rédacteurs du site Resmusica consacré à l’actualité de la musique classique et propose un channel YouTube qui rencontre un vif succès.

Le programme du musicien, habitué de l’orgue de la collégiale, sera, comme nous l’avons mentionné plus haut, un voyage dans le temps et l’espace. En effet, Frédéric Muñoz se propose d’improviser une «Suite » sur des thèmes de Jean-Philippe Rameau en suivant les mouvements typiques de l’époque : Ouverture,  Air grave, Duo, Musette et Tambourin, Chaconne. Ensuite, de Pau Casals (Catalunya 1943), on entendra « L’estel (El Pessebre) », la « Sardana San Marti del Canigo » et « El Cant dels Ocells ». Un nouveau voyage entraînera les auditeurs vers Cuzco, vers 1643, avec « Hanacpachap Cussicuinin » de Juan Perez Bocanegra. La douce et déjà très personnelle « Ballade en mode phrygien » de Jehan Alain, composée en 1930 précèdera une nouvelle salve d’improvisations sur des thèmes arabo-andalous du 8° siècle. Ce concert aura lieu le samedi 24 juin à 17h30. L’orgue de Saint-Barnard n’a plus à prouver sa polyvalence, ni l’originalité des programmes qu’il permet d’entendre. Aborder l’orgue, découvrir la richesse de son répertoire en compagnie de musiciens de cette trempe, permettre d’ouvrir ses oreilles à de nouvelles expériences sonores : les Amis de l’orgue démontrent, cette saison encore, le parfait respect de leurs buts. Les Double Jeu ! virtuoses de septembre en donneront de nouvelles illustrations !

 

 

Jeux d’orgue avec violon et Marathon d’orgue

Si les concerts se suivent à Saint-Barnard, les auditeurs pourront aisément témoigner qu’ils ne se ressemblent pas ! Ce dernier samedi, deux jeunes musiciennes de la meilleure eau, ainsi qu’on le dit pour les pierres précieuses, donnaient un programme d’une étonnante originalité. A des œuvres de Duruflé, Franck, Massenet et Widor, Cathia Lardeau, mezzo, et Muriel Groz, l’organiste de l’église de Voiron, faisaient succéder quelques œuvres récentes issues du courant minimaliste. Clarté du jeu, précision, délicatesse et fermeté s’alliaient et donner à apprécier ces musiques répétitives et changeantes, oxymore sonore bienvenu et rafraichissant !

Pour ces prochains Jeux d’orgue, les Amis de l’orgue comptent sur leurs propres troupes, en quelque sorte. Comme de coutume, ce troisième concert est assuré par celui qui a la responsabilité de l’orgue de la collégiale. Jean-Michel Petit, a commencé le piano à l’âge de 7 ans et a  travaillé à Grenoble avec Jeanine Collet. Après un Prix de supérieur 1 au Concours Lucien Wurmser, parallèlement à des études de sciences physiques, il est entré en classes d’orgue et de musique de chambre au Conservatoire de Grenoble avec pour professeur Mme Amiez-Falque. Tout récemment, il s’est perfectionné avec Frédéric Muñoz et Jean-Claude Saliques. Il sera accompagné par le violoniste suisse Philippe Borer. Né à Neuchâtel, Philippe Borer a commencé très tôt le violon, faisant ses premières armes au sein d’un orchestre professionnel dès l’âge de 13 ans. Il s’est perfectionné auprès des professeurs Max Rostal, Ruggiero Ricci et Jan Sedivka. Membre de différents ensembles de musique de chambre et d’orchestres symphoniques en Suisse, en Italie et en Australie, il poursuit parallèlement une activité de chercheur dans le domaine de la pédagogie instrumentale et de l’histoire du violon. Ses articles ont été publiés notamment dans la Nuova Rivista Musicale Italiana, la Revue Musicale de Suisse Romande, The Strad et Starinnaya Muzyka. Depuis 1998, il joue régulièrement avec un archet courbe, son répertoire polyphonique comprenant des œuvres de Marini, Westhoff, Bach, Paganini, Ernst, Vieuxtemps et Bach-Bachtischa.  En 2016, il a joué pour la première fois à Romans à l’invitation du  pianiste et organiste Jean-Claude Frey, un artiste dont le parcours musical est indissociablement lié à l’histoire de l’archet courbe via son père, le violoniste Georges Frey (1890/1975). À l’instigation de son illustre ami Albert Schweitzer, Georges Frey fut en effet le premier en France à utiliser l’archet courbe dans les Sonates et Partitas de Bach, réalisant ainsi au violon une polyphonie semblable à celle de l’orgue. Pour ce concert rare, les deux musiciens ont concocté un programme qui mettra véritablement les deux instruments en valeur. Ainsi, à la « Chaconne en fa mineur » de Johann Pachelbel, à deux chorals de l’« Orgelbüchlein » de Bach et des œuvres d’Alain et Bouvard, s’enchaîneront deux « Sonates » pour violon et orgue de Pergolesi et Tartini, un « Capriccio » de Biagio Marini, un « Grave » de Bach, un autre « Capriccio » de Paganini tous les trois joués avec l’archet courbe. Ce concert aura lieu le samedi 17 juin à 17h30.

Le lendemain, les Amis de l’orgue se prêteront, en compagnie d’organistes venus des alentours, à leur étonnant jean-michel-petit philippe borer. Ainsi, entre 15h00 et 19h00, ce dimanche 18 juin, se succèderont, amateurs et professionnels, au rang desquels Liliane Tauleigne, Christiane Boué, Bernard Fouilland, Muriel Gontard, Bernard Bender, Frédéric Brun et Jean-Michel Petit. Fête de la musique avant l’heure, fête de l’amitié musicale, ce concert hors normes, sans interruption, est un moment où les musiciens rejoignent les principes initiaux de la Fête de la musique : se faire entendre et faire découvrir le répertoire. Une nouvelle occasion de venir prêter une oreille attentive à ce qui se passe, en musique, à Saint-Barnard…

 

Programme des Amis de l’orgue de Saint-Antoine-l’Abbaye

Dimanche 18 juin à 17h00 :

Nicolas de Grigny : Les hymnes (orgue & plain-chant)

François Couperin : 2ème Leçon de ténèbres

Élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional de Grenoble (professeur : Denis Bordage)

Dimanche 25 juin à 17h00 :

Autour du concerto : Haendel, Vivaldi, Telemann

Département de musique ancienne du Conservatoire à Rayonnement Régional de Grenoble (professeurs : Christophe Mazeaud, Valérie Dulac, Denis Bordage)

Dimanche 2 juillet à 17h00 :

Didier HENNUYER, Organiste titulaire de la Cathédrale Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer

Dimanche 9 juillet à 17h00 :

Martin GREGORIUS, Premier Prix du Concours International d’Improvisation de Westphalie

Dimanche 16 juillet à 17h00 :

Christophe GUIDA, Organiste titulaire de la Basilique du Sacré-Coeur à Marseille

Dimanche 23 juillet à 17h00 :

Guillaume PRIEUR, Organiste titulaire de la Primatiale Saint-Jean de Lyon

Dimanche 30 juillet à 17h00 :

Emmanuel CULCASI, Organiste de l’église St Jean-Baptiste de Martigues

Dimanche 6 août à 17h00 :

Thibaut DURET, Organiste titulaire de la Cathédrale St François-de-Sales de Chambéry

Dimanche 13 août à 16h30 :

Concert des professeurs de l’Académie (Monique Zanetti, soprano, Jan Willem Jansen, orgue et Bastien Terras, basse continue)

Mardi 15 août à 16h30 :

« ¡ En fiesta tan alegre ! » avec l’Ensemble La Boz Galana : une fête baroque religieuse en Espagne (villancicos de Matias Durango, 1636-1698)

Samedi 19 août à 20h30 :

Concert des stagiaires en la collégiale de Saint-Donat-sur-l’Herbasse (Drôme)

Dimanche 20 août à 16h30 : 

Concert de fin de stage : chanteurs solistes, petits chœurs et orgue

« Musiques mariales de l’Europe baroque »

Dimanche 27 août à 17 heures : 

Emmanuel ARAKELIAN, Titulaire de l’orgue de la Cathédrale Saint-Léonce de Fréjus

Dimanche 3 septembre à 17 heures : Double Jeu ! avec les Amis de l’orgue de Saint-Barnard

Paul GOUSSOT, Organiste titulaire de l’Abbatiale Sainte-Croix de Bordeaux

Dimanche 10 septembre à 17 heures : Double Jeu ! avec les Amis de l’orgue de Saint-Barnard

Florent GALLIERE, Professeur aux conservatoires de Saint-Etienne & Bourgoin-Jallieu

Journées du Patrimoine – 16 et 17 septembre

Visites de l’orgue par petits groupes de 14h00 à 16h00

Dimanche 17 septembre à 17 heures : Double Jeu ! avec les Amis de l’orgue de Saint-Barnard

Hervé DESARBRE, Organiste titulaire du Val-de-Grâce à Paris

Dimanche 24 septembre à 17 heures : Double Jeu ! avec les Amis de l’orgue de Saint-Barnard

Vincent BERNHARDT, Professeur au conservatoire de Metz

Jeux d’orgue avec voix, Muriel Groz et Cathia Lardeau

Ces derniers jours ont permis d’entendre sous les hautes voûtes de la collégiale, de grands moments de musique ! Après le Requiem de Mozart, défendu par le Chœur et l’Orchestre Adhémar et évoqué la semaine dernière dans ces colonnes, on a pu entendre, pour la première fois à Romans, la très célèbre et efficace « Troisième Symphonie avec orgue » de Camille Saint-Saëns brillamment interprétée par l’Orchestre Allegro du Conservatoire à rayonnement département de Valence-Romans Agglo dirigé par le Maestro Didier Vadrot avec Dominique Joubert aux claviers. Efficace n’est pas à prendre de façon péjorative pour qualifier cette œuvre souvent jouée : au contraire, cela dit à la fois la netteté de la forme, la beauté des couleurs de l’orchestre que l’écriture claire fait apparaître au long de mouvement contrastés, doux, puis lyriques et larges, piquants et presque tragiques. Soudainement, le final éclate dans la somptuosité de la puissance de l’orgue qui, tout au long de l’œuvre apporte un surcroît de couleurs, une présence complice qui n’est pas celle d’un soliste concertant mais qui renforce de ses propres forces et particularités sonores celles de l’orchestre dans un subtil équilibre. Le Maestoso final, bissé pour le plus grand plaisir du public, est véritablement une pièce exaltante par sa majesté ampoulée mais si plaisante ! Dominique Joubert donnait, le lendemain, le premier des Jeux d’orgue de la saison des Amis de l’orgue de Saint-Barnard. Concert tout en contrastes d’œuvres successivement enjouées et puissamment méditatives, voire interrogatives comme ce choral de Brahms, écrit au bout du crépuscule de sa vie, ou les si mystérieuses « Cathédrales » de Vierne, évocation puissante de l’atmosphère de Notre-Dame de Paris que l’organiste aveugle avait si bien perçue. Une improvisation tout en frémissements, en amples harmonies, en climats changeants, inspirée par la séquence de la Pentecôte (« Veni creator ») concluait un moment de véritable plaisir musical.

Ce samedi 10 juin, à 17h30, toujours à Saint-Barnard, on pourra vérifier que la valeur n’attend pas le nombre des années et que les musiciens invités témoignent de brillantes et solides études. Muriel Groz, qui tiendra les claviers ce samedi, a commencé la musique au Canada. Elle doit l’essentiel de sa formation d’orgue à Yves Lafargue, Denis Bordage, Lisbeth Schlumberger et François Espinasse. Entrée au Conservatoire de Grenoble en 2002, elle poursuit aussi des études scientifiques à l’Institut National Polytechnique de Grenoble. En 2011, elle a intégré la classe d’orgue du CNSMD de Lyon où elle a obtenu un Master en 2015 avant d’étudier à la Hochschule für Musik und Theater de Hambourg. Nommée, en 2014, titulaire du grand orgue Callinet Cavaillé-Coll de Voiron en Isère, elle enseigne le piano et l’orgue. La musicienne sera accompagnée par Cathia Lardeau, mezzosoprano. Elle a commencé le chant à la Maîtrise de l’Opéra de Lyon puis a intégré le Studio Vocal de Lyon. Après des études de musicologie à l’Université Lumière Lyon II, elle a été admise au Royal Northern College of Music, en Grande-Bretagne, soutenue par le Rose Goulding Scolarship, où elle a été l’élève de Peter Alexander Wilson. En 2006, elle a intégré la Hochschule für Musik de Leipzig où elle a pu aborder le répertoire vocal de Johann Sebastian Bach au plus près des archives importantes de cette ville. Finaliste du Elisabeth Harwood Memorial Trust Award, elle a été sélectionnée pour le RNCM Gold Medals Award. Membre de la troupe de l’Opéra de Flandres, elle a aussi chanté au sein du Collegium Vocale de Gand. Missionnée par la ville de Nantua, dans le département de l’Ain, pour mener des actions culturelles et pédagogiques, elle est professeur au CRD de Valence-Romans.

Les deux musiciennes ont préparé un programme vraiment original qui mettra en valeur le répertoire ancien et contemporain dans un subtil jeu de dialogue et d’échos. Tout d’abord, l’orgue rendra les délicates harmonies de deux extraits de la « Suite » de Maurice Duruflé (le « Prélude » et la « Sicilienne »). On entendra ensuite l’ « Ave Maria » de Charles-Marie Widor puis le « Deuxième Choral » en si mineur de César Franck et la « Prière à Saint Bernard » de Jules Massenet. Une seconde partie, témoignant de divers langages musicaux de notre époque fera entendre « Miroirs » d’Ad Wammes, un extrait des « Matines du Samedi Saint – Les lamentations de Jérémie de Joseph Reveyron, organiste et compositeur lyonnais mort en 2005. Pour terminer, en écho à une chanson du XVIème siècle (« Une jeune Fillette », de Jehan Chardavoine), on entendra une œuvre du compositeur Bert Matter, né en 1937, la « Fantasie sopra « Von Gott will ich nicht lassen » ou  Fantaisie sur « Une jeune fillette ».

Vraiment, les concerts des Amis de l’orgue se succèdent et ne se ressemblent pas ! Même, il semble que tout soit fait par cette dynamique association pour que le visage de l’orgue change et que les concerts proposés témoignent de la diversité du répertoire.Cathia et Muriel

 

 




musicattitude01 |
My favorite things |
Gribouille et Eva |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalo Carrega, musicien
| mamadou-système
| Frank Woodbridge - Compos...