Archive mensuelle de mars 2018

Intermezzo du titulaire, lundi de Pâques

Après un long temps de silence, que seule la participation musicale à la fête de Saint-Barnard a rompu, l’orgue de Saint-Barnard semble avoir attendu des jours plus propices pour redonner de la voix ! Pour fêter Pâques et sa solennité, les Amis de l’orgue ont choisi d’accueillir la chorale Au fil des voix dirigée par Svitlana Baussois Yarochenko qui sera accompagnée par Jean-Michel Petit aux claviers dont il est le titulaire. 
Au fil des voix a été créée en janvier 2011 et a pour but de promouvoir la pratique du chant choral et de permettre à chacun d’affiner sa culture musicale. Elle  assure la diffusion d’œuvres  nouvelles et traditionnelles et invite à découvrir des créations  du monde entier, avec un goût particulier pour les musiques d’ailleurs. Née en Ukraine en 1976, Svitlana Baussois Yarochenko dirige la chorale depuis 2016. Elle a commencé ses études musicales dans son pays d’origine. Dès l’âge de 15 ans, elle s’est orientée vers le chant choral et la formation de chef de choeur dont elle obtient le diplôme à l’issue de son cursus à l’Université des Beaux-Arts de Kiev, où elle  perfectionne également, dans le chant lyrique, sa voix de soprano. Venue en France en 2000, elle approfondit pendant deux ans sa formation à la Faculté de Musicologie de Paris IX Saint-Denis. Depuis 2005, Svitlana est professeur de chant à l’école municipale de musique de Saint-Péray dont elle dirige aussi la chorale. Parallèlement à cette carrière professionnelle, elle a enrichi son expérience de choriste à la Compagnie Cala, fondée à Lyon par Fabien Attias et spécialisée dans la production de spectacles d’opérette. Elle a également dirigé diverses formations chorales de l’agglomération de Valence et du Nord-Drôme. Actuellement, elle est chef de choeur à l’association « Bien vivre » de Cornas, dirige la chorale « Bohème » de Saint-Jean-de-Muzols et la chorale « Crescendo » de Romans. Quant à Jean-Michel Petit, bien connu à Romans, il a commencé le piano à l’âge de 7 ans et a travaillé à Grenoble avec Jeanine Collet. Après un Prix de supérieur 1 au Concours Lucien Wurmser, parallèlement à des études de sciences physiques, il est entré en classes d’orgue et de musique de chambre au Conservatoire de Grenoble avec pour professeur Mme Amiez-Falque. Tout récemment, il s’est perfectionné auprès de Frédéric Munoz et Jean-Luc Saliques. 
Au cours de cet Intermezzo pascal, les mélomanes pourront entendre des œuvres vocales, très variées (cette diversité des auteurs est la marque des concerts de l’association) de Monteverdi, Stravinski, Pärt, Kodaly et Elgar. A l’orgue, on voyagera du XVIIIe siècle à nos jours, avec des pages de Bach, Pachelbel, Walon, Bouvard, Langlais, Willscher et Corette. Ce panorama musical sera donné le lundi de Pâques, 2 avril, à 17h00. L’entrée est libre (participation aux frais).

Les Amis de l’orgue fêteront, en 2018, les 50 ans de leur création. C’est en effet en 1968 que quelques passionnés se sont regroupés pour sauver l’instrument de la collégiale alors bien abandonné. Pour marquer l’événement, outre les manifestations habituelles et déjà inscrites aux habitudes des mélomanes (mais que l’on ne peut que conseiller aux curieux) : les Double Jeu ! des virtuoses de septembre (chaque week-end, en collaboration avec Saint-Antoine-l’Abbaye), les Jeux d’orgue (le 2 juin et le 23 juin) et le Marathon d’orgue qui réunit dans une joyeuse ambiance amateurs et professionnels. Le clou de la saison est un cycle très original de trois concerts baptisé « L’Orgue et son double ». Derrière ce titre étonnant, suggérant qu’on puisse multiplier les orgues dans la collégiale, se cache un programme alléchant dont on reparlera sous peu !

Lettre de la tribune n°19

fichier pdf Lettre de la tribune n°19

 

Chers amis,

Voici le numéro 19 de notre Lettre de la tribune !

Il détaille le programme de notre saison qui fête les 50 ans de l’association. Pour cette occasion, nous avons mis les petits plats dans les grands avec un cycle qui s’annonce du plus grand intérêt : « L’Orgue et son double ». Trois concerts étonnants affirmeront la place de notre orgue dans la vie culturelle romanaise parce qu’il sait s’entourer de formes artistiques novatrices ! Ne manquez pas ces superbes concerts !

Notre dossier Jehan Alain, déjà salué par de nombreux organistes français, est ici complété sous la houlette d’Aurélie Decourt, historienne et musicologue, qui a soutenu notre travail : nous l’en remercions encore !

Bonne lecture !

 

Les Amis de l’orgue sur Facebook

Pour se maintenir de plain pied dans la modernité, et assurer au mieux la diffusion de nos activités, toucher un public toujours plus large, nous avons créé une « page Facebook » !

Si vous êtes déjà inscrit sur ce réseau social mondial (rien de moins !…), vous pourrez retrouver, partager, « liker » nos activités sur  :

Orgues Saint-Barnard Romans

Nous vous y donnons rendez-vous !

Hommage à Andrée Trapp

Nous avons appris, il y a quelques jours, le décès de notre amie Andrée Trapp, à la toute fin de l’année 2017.

C’est une des figures essentielles de l’histoire de l’association et de la vie de l’orgue de la collégiale qui disparaît.

C’est la quarantaine venue, alors qu’elle avait eu envie d’accompagner sa fille flûtiste au stage de musique de Desaignes, en Ardèche, en ayant le projet de s’y perfectionner en piano, qu’elle découvrit l’orgue, sur le conseil de Bernard Heininger. Le niveau de la professeur de piano ne lui avait pas semblé satisfaisant ! Quelle aubaine : le premier contact avec l’instrument à tuyaux fut une émotion suffisante pour qu’elle s’y consacre pleinement, atteignant un niveau d’amateur de grande valeur. Sa rigueur et sa ténacité, son âpreté au travail, et un beau talent tout en délicatesse trouvèrent à s’exprimer sur l’instrument de la collégiale qu’elle fréquentait quasi-quotidiennement, mais aussi chez elle, où elle disposa d’un petit orgue d’étude qui se trouve désormais à Desaignes.

Nous saluerons son engagement et la remercierons pour les nombreuses messes accompagnées avec talent et engagement ainsi que pour les beaux et nombreux concerts qu’elle a donnés. L’orgue de Saint-Barnard lui doit beaucoup. Après Fabienne Médurio, qui a été notre organiste titulaire, jusqu’à la nomination de Jean-Michel Petit, elle fut la « gardienne » de notre orgue, son animatrice jusqu’à ce que l’âge et la santé ne lui permettent plus de jouer. 

Je ne peux qu’évoquer un souvenir personnel qui permettra de juger des qualités humaines d’Andrée Trapp, unanimement reconnues. Alors, que jeune collégien, on m’assura que jouer du synthétiseur c’était jouer de l’orgue, je me présentai à la tribune pour qu’on me permette d’y jouer lors d’une cérémonie des Maristes. Andrée Trapp m’y fit le meilleur accueil, m’indiquant l’emplacement de la clé, du moteur, des jeux et des systèmes qui animent l’instrument. Elle m’octroyait même la possibilité de venir autant que je voulais. Ce que je fis, même après la cérémonie, sous le coup d’un choc qui dure encore aujourd’hui, près de 30 ans plus tard ! J’eus le plaisir de l’assister lors de ses concerts, de disserter souvent avec elle, et de connaître mes premiers engouements organistiques sous son regard bienveillant. Je me souviens même d’un samedi d’Heure d’orgue où l’organiste ne vint pas et que nous remplaçâmes au pied levé (« Vous avez une partition avec vous ? Oui ? Et bien, jouez ! »).

En mon nom propre, et en celui des Amis de l’orgue, je tiens à assurer les proches d’Andrée Trapp de nos meilleurs sentiments et les prie de recevoir nos sincères condoléances.

La saison d’orgue 2018, qui marquera les 50 ans de l’association pour laquelle elle a beaucoup œuvré, avec la discrétion et la générosité, l’efficacité et la ténacité qui étaient les siennes, lui sera dédiée.Trappounette 1




musicattitude01 |
My favorite things |
Gribouille et Eva |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalo Carrega, musicien
| mamadou-système
| Frank Woodbridge - Compos...