Archive pour la Catégorie 'Double jeu'

Page 3 sur 3

Double Jeu ! d’Emmanuel Hocdé, samedi 29 septembre à 17h30

Au risque de se répéter, on doit tout de même se rendre à l’évidence : on entend, chaque samedi de septembre, de bien belles choses à Saint-Barnard… Les Double Jeu ! organisés par les Amis de l’orgue de la collégiale accueillent, cette année encore, des musiciens de grande valeur : de véritables « pointures ». Dernière en date, Vérouchka Nikitine a prouvé, lors de ses prestations, que force et légèreté peuvent s’associer en une gracieuse musicienne capable de restituer les phrasés élégants que requiert la musique baroque et la puissance épique que déclenche le répertoire romantique. Périple follement romantique à Saint-Barnard en compagnie de Liszt et Wagner, panorama européen à Saint-Antoine où Scarlatti côtoyait notamment Rameau : ces concerts furent des moments d’une rare intensité, portés par un organiste au tempérament vibrant !  
Pour conclure les deux saisons musicales, toutes deux marquées par la présence d’excellents musiciens, les deux associations recevront ce prochain week-end l’organiste Emmanuel Hocdé, titulaire de Saint-Eloi à Paris. Originaire de la Mayenne, il a étudié avec le maître Gaston Litaize et Louis Robilliard, au Conservatoire National de Région de Lyon, avec lequel il a obtenu Premier Prix. Licencié en musicologie, il a aussi décroché un Premier Prix d’orgue à Paris dans la classe de Michel Chapuis et d’Olivier Latry. Ce jeune musicien est littéralement bardé de prix : Prix André Marchal, Prix du Public et Mention spéciale du Concours International d’Orgue de Biarritz. Suprême consécration en France, il décroche le Grand Prix d’Interprétation, le Prix du Public et le Prix Jean-Sébastien Bach du Concours International d’Orgue de Chartres.
Musicien d’une grande finesse et au jeu suprêmement élégant, intensément réfléchi et maîtrisé, Emmanuel Hocdé fera merveille sur ces deux orgues très différents. A Romans (samedi à 17h30), son concert s’ouvrira sur le gigantesque premier mouvement de la « Sixième Symphonie » Charles-Marie Widor, fastueuse musique qui sollicite toutes les ressources de l’instrument. Le « Concerto en ré » de Vivaldi transcrit par Bach, d’une élégance toute vénitienne, et les émouvantes « Variations sur un thème de Clément Janequin » de Jehan Alain -exemple rare et resté longtemps isolé, avant la redécouverte de ce répertoire durant les années 1960, de la musique ancienne, s’insèreront entre des extraits de la troisième et de la quatrième des « Symphonies » d’Auguste Fauchard, compositeur quelque peu oublié qui fut élève de Louis Vierne et d’André Marchal. Ravivant la connaissance de cet auteur, Emmanuel Hocdé a récemment enregistré, à Saint-Sulpice, la « Quatrième Symphonie » du chanoine compositeur qui donna près de 300 récitals et inaugura près de 70 instruments.
A Saint-Antoine (dimanche à 17h), l’organiste livrera sa vision de l’hymne « Veni creator » de Nicolas de Grigny, la « Toccata ultima » de Georg Muffat, l’immense triptyque  » Toccata, adagio et fugue » de Bach au mouvement central si lyrique. La « Chaconne » en mi et le « Concerto en ré » de Vivaldi complèteront ce programme exigeant pour les doigts et les pieds du musicien et dont le public ne manquera pas de tirer les plus intenses satisfactions.
Double Jeu ! d'Emmanuel Hocdé, samedi 29 septembre à 17h30 dans Double jeu Emmanuel-Hocdé-286x300

Double Jeu ! de Vérouchka Nikitine, samedi 22 septembre à 17h30

Les Double Jeu ! des Amis de l’orgue de Saint-Barnard sont marqués, plus encore que les autres années, par une diversité assez saisissante. La semaine dernière, Hervé Désarbre a donné deux programmes d’une originalité étonnante. Ces concerts ont montré des visages insoupçonnés de l’orgue : frais, léger, et sans chichi ! A Saint-Barnard comme à Saint-Antoine, le public ne s’y est pas trompé et n’a pas ménagé ses applaudissements.
Ce prochain week-end, les deux associations reçoivent Vérouchka Nikitine, jeune musicienne née à Paris au sein d’une famille de musiciens. Elle a été formée par des professeurs prestigieux : Jean Guillou, Marie-Louise Langlais et Eric Lebrun pour l’orgue, Igor Lazko pour le piano et Pierre Pincemaille pour l’improvisation. Lauréate du Grand Prix André Monsaigeon de la Bachgesellschaft en 2006, Prix du meilleur espoir du troisième Concours international d’orgue de la Ville de Paris et Prix spécial du Concours d’orgue de Ljubljana (Slovénie), elle est titulaire de l’orgue Cavaillé-Coll de Saint-Vincent-de-Paul à Paris. Elle se produit souvent avec sa sœur Katerine, pianiste émérite, dans un duo recherché piano et orgue.
D’une virtuosité qui lui permet de faire fi de toutes les difficultés, elle donnera à Saint-Barnard (samedi 22 à 17h30) un programme romantique tout de puissance. Précédées de l’impressionnant portail que constituera le « Prélude et fugue sur B.A.C.H. » de Liszt, trois transcriptions d’extraits d’opéras de Richard Wagner (« Chœur des pèlerins » et « Romance à l’étoile », extraits de « Tannhäuser », « Mort d’Isolde », extrait de « Tristan et Isolde ») transcrits par Liszt lui-même s’associeront naturellement à deux œuvres de Louis Vierne : le délicat et sarcastique « Scherzo » de la « Deuxième Symphonie » et l’impressionnante « Toccata ». Une improvisation de l’interprète s’insèrera aussi dans le programme.
A Saint-Antoine, le dimanche 23 à 17h00, la musicienne donnera un panorama de la musique européenne du XVIIIe siècle avec des œuvres de José Jimenez (une « Batalla »), une des deux « Suites » de Louis-Nicolas Clérambault, un superbe choral de Bach, un rarissime « Toccata » de Rossi ainsi que des « Sonates » de Domenico Scarlatti et deux transcriptions d’œuvres de Jean-Philippe Rameau lesquelles sonneront à merveille sur l’orgue Scherrer-Aubertin qui vient de fêter ses 20 ans.
Encore une occasion d’entendre, sur deux instruments très différents, dans des répertoires très opposés, une jeune virtuose au talent déjà reconnu.
Double Jeu ! de Vérouchka Nikitine, samedi 22 septembre à 17h30 dans Double jeu Vérouchka-Nikitine-199x300

Double Jeu ! d’Hervé Désarbre, samedi 15 septembre à 17h30

Revenir chaque semaine à Saint-Barnard n’est pas synonyme de routine !

La fougueuse Ami Hoyano, l’élégant Jean-Paul Ravel ont donné, ces derniers week-ends, la mesure de leur talent, ce dernier parcourant à Romans le répertoire romantique avec justesse.

L’éclectique Hervé Désarbre, qui leur succède ce 15 septembre, cache sous le très officiel titre d’organiste du ministère de la défense une originalité qu’on rencontre rarement dans le monde de l’orgue. Originaire de Roanne, formé auprès des meilleurs maîtres, dont l’organiste et compositeur André Fleury, Hervé Désarbre est organiste de l’église du Val-de-Grâce à Paris. Appelé dans le monde pour ses concerts, il a été amené à donner, en première audition, nombre d’œuvres nouvelles, souvent écrites à son intention.

Le programme qu’il a imaginé est, comme à l’accoutumée avec ce musicien, le prétexte d’une sorte de voyage rigoureusement organisé autour d’un fil conducteur. Pour ce Double Jeu !, l’organiste a convoqué la compagnie de personnages fictifs au caractère bien trempé qui permettront aux auditeurs de cheminer musicalement entre « Contes et légendes ». Ogres et fées, Saint-Sébastien, Oliver Twist, Lucrezia Borgia, Tancrède et la déesse Erin, Bacchus et Saint-Nicolas que les figures légendaires du Paris décrit par le jeune compositeur Julien Bret : autant de compagnons de route pour un moment musical d’une absolue fantaisie !

Deux concerts résolument situés hors de sentiers battus, là où l’orgue s’approprie les œuvres pour le clavecin ou l’orchestre qu’il restitue avec couleurs et puissance. Une occasion à ne pas manquer d’entendre l’orgue qui ne se prend pas au sérieux ! Samedi 15 septembre à 17h30, entrée libre !Double Jeu ! d'Hervé Désarbre, samedi 15 septembre à 17h30 dans Double jeu Hervé-Désarbre-185x300

Double Jeu ! de Jean-Paul Ravel, samedi 8 septembre à 17h30

Ami Hoyano, venue du Japon -ou de Belgique, a réveillé, ce samedi 1er septembre, les claviers de l’orgue de la collégiale d’une longue trêve estivale bienvenue après un mois de juin presque fou (7 manifestations !)… Un programme maîtrisé, un jeu de grande tenue, une prestation de haut vol dans la droite ligne des Double Jeu ! dont le but consiste, rappelons-le à faire entendre à Romans et à Saint-Antoine-l’Abbaye, des musiciens virtuoses.

La deuxième occurrence de la série s’inscrit dans un contexte un peu particulier. En effet, nos amis de Saint-Antoine fêtent, ce prochain week-end, les 20 ans de la restauration, par le maître facteur d’orgue Bernard Aubertin, du grand orgue Sanson Scherrer de l’abbatiale. Le samedi et le dimanche, vous pourrez approcher de près l’instrument, au cours de visites guidées (les deux jours, de 14h à 16h). Un concert sera donné par le jeune et brillant Benjamin Alard, organiste titulaire de Saint-Louis-en-l’Ile à Paris, le samedi à 20h. A tout seigneur, tout honneur, c’est Jean-Paul Ravel, titulaire de l’instrument antonin qui donnera l’audition du dimanche à 17h.

Aussi, en association encore plus étroite, nous accueillerons Jean-Paul Ravel, à Romans, pour ce Double Jeu ! un peu particulier qui marque les liens qui unissent nos deux associations. Nous savons gré à Jean-Paul Ravel d’avoir tenu à venir alors que, sûrement, d’autres activités l’appelleront, à la même heure, à Saint-Antoine !

Jean-Paul RAVEL a débuté ses études musicales à Saint-Chamond, sa ville natale. Il est entré au Conservatoire National de Région de Lyon, dans la classe d’orgue de Louis ROBILLIARD, où il a obtenu une médaille d’or à l’unanimité ainsi que le Premier Prix de Perfectionnement avec mention Très bien. Il a poursuivi sa formation au sein de la classe d’orgue, alors décentralisée à Toulouse, du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon où il a bénéficié de l’enseignement de Xavier DARASSE auprès de qui il a obtenu le Diplôme National d’Études Supérieures de Musique. Jean-Paul RAVEL a travaillé également l’interprétation de l’œuvre d’orgue de  Jean-Sébastien BACH  sous la direction de Marie-Claire ALAIN, ainsi que le répertoire italien avec Pierre PERDIGON. Ses études musicales ont été également sanctionnées par divers diplômes des classes d’écriture, analyse, histoire de la musique et formation musicale. Il a dirigé successivement l’Ecole Municipale de Musique de La Côte-Saint-André et le Conservatoire à Rayonnement Communal d’Annonay (Ardèche). Il est organiste titulaire des instruments historiques de Saint-Antoine l’Abbaye et de l’église Saint-Pierre de Saint-Chamond et Directeur artistique de la saison « Musique à Saint-Pierre » de Saint-Chamond.

Pour ce concert, il a concocté un programme d’une absolue élégance où les compositeurs de la fin du XIXe siècle se succèderont pour mettre en valeur les timbres de l’instrument romanais. Le romantisme allemand le plus pur, celui de Schumann et de Brahms s’associera à ses héritiers plus ou moins proches: Franck et Bossi, que l’on entendra pour la première fois à Romans. Ce prolifique compositeur italien, sorte de Vierne transalpin, est un auteur trop peu connu en France et sa musique vaut vraiment le détour.

Nous aurons donc le plaisir d’entendre :

Johannes Brahms : Prélude et fugue en sol mineur
Robert Schumann : cinq Études en forme de canon (n°1, 2, 3, 5 et 6)
Marco-Enrico Bossi : Thème et variations
César Franck : Final opus 21

Venez nombreux, écouter Jean-Paul Ravel, ce samedi 8 septembre à 17h30 : l’entrée est libre et la participation aux frais, forcément généreuse !

Double Jeu ! de Jean-Paul Ravel, samedi 8 septembre à 17h30 dans Double jeu Jean-Paul-Ravel

Double Jeu ! d’Ami Hoyano, samedi 1er septembre

Au mois de septembre, on voit se dérouler des concerts d’un genre tout à fait particulier organisés par les Amis de l’orgue de Saint-Barnard, associés avec leurs collègues isérois. En effet, des organistes virtuoses sont invités à donner deux récitals consécutifs sur les deux instruments bien connus. Cet exercice peut s’avérer périlleux mais suscite nombre de bonheurs musicaux.
C’est Ami Hoyano qui ouvrira la série. Cette organiste japonaise s’est tournée vers  l’orgue et le clavecin à 16 ans. A l’Université Geidai de Tokyo elle a obtenu une licence et une maîtrise d’orgue avec mention très bien à l’unanimité. Plusieurs prix ont couronné ses prestations: 2ème prix Joseph Bossard de Bellelay (Suisse) et Premier prix du concours d’orgue international Pierre de Manchicourt de Béthune. Elle a reçu l’enseignement d’Olivier Latry au CNSM de Paris et de Bernard Foccroulle au conservatoire Royal de musique de Bruxelles. Ses nombreux récitals lui ont donné accès aux tribunes les plus prestigieuses. En 2011, elle a été nommée ambassadrice de l’orgue de Béthune.
Cette interprète de haut vol donnera, samedi 1er septembre, à Saint-Barnard à 17h30, un programme merveilleusement adapté à l’orgue de la collégiale : la Deuxième Sonate de Mendelssohn, deux Études en forme de canon de Schumann, le célébrissime Troisième Choral de Franck, le Choral dorien de Jehan Alain, et l’immense Allegro vivace de la Cinquième Symphonie de Charles-Marie Widor.
Le dimanche 2 septembre, à Saint-Antoine à 17h00, elle jouera des œuvres de Grigny, Paulet, Lasceux et Marchand.
Premiers concerts d’une série à ne pas manquer !
Double Jeu ! d'Ami Hoyano, samedi 1er septembre dans Double jeu Ami-Hoyano1-174x300

Jean-Baptiste Monnot et Mathias Lecomte aux Double Jeu ! Des moments inoubliables…

Le public qui a assisté aux prestations de Jean-Baptiste Monnot et Mathias Lecomte, dans le cadre des Double Jeu ! organisés avec la collaboration des Amis de l’orgue de Saint-Antoine-l’Abbaye, a pu vivre des moments intenses ! Les deux jeunes organistes ont transfiguré l’orgue de la collégiale et l’ont mené sur des territoires peu fréquentés tant la virtuosité des interprètes était grande. Nous avons été les heureux auditeurs de programmes ambitieux, portés par des musiciens infaillibles, qu’aucune difficulté technique ne semble effrayer, d’oeuvres délicates, difficiles à mettre en place sur deux claviers, mais maîtrisées de bout en bout: le public, subjugué, ne s’y est pas trompé en ne se privant pas de longs et chaleureux applaudissements.

Jean-Baptiste Monnot, le 17 septembre, interprétait le superbe « Prélude » de la « Suite » de Maurice Duruflé, rendant hommage au musicien qui fit tant, avec notre président fondateur Robert Montabonnet (à qui nous avons dédié notre saison), pour la renaissance de l’orgue de la collégiale. Particulièrement adaptée aux timbres de l’instrument, la pièce sonnait avec délicatesse et poésie. Deux extraits de la « Quatrième symphonie » de Louis Vierne (la « Romance » et le « Final ») tissaient une continuité de maître à élève et sonnaient, là aussi, avec une particulière pertinence, mettant à contribution les timbres romantiques de l’instrument. Après la pause, deux gigantesques transcriptions, dues à la plume fastueuse de Jean Guillou, portaient l’instrument et le public à des sommets de virtuosité transcendante ! Le tragique « Adagio et fugue » de Mozart, oeuvre de la maturité, hommage à Bach et superbe drame musical, et l’olympien « Prometheus » de Liszt résonnaient pour la première fois à Romans. La maîtrise de l’interprète était confondante et assurait à ces oeuvres toute la puissance, la sûreté, le dynamisme rythmique, la fougue et le panache qu’elles requièrent !

Mathias Lecomte, le 24 septembre, donnait un programme tout aussi séduisant. Une élégante « Pièce héroïque », mesurée et noble, ouvrait le concert. D’un rythme sûr, d’une élégance fière et malgré tout comme angoissée, l’oeuvre résonnait avec majesté, sans emphase. Le délicat « Prélude et fugue en fa mineur » de Marcel Dupré tissait, là aussi, une élégante continuité. Le jeu de l’interprète mettait en évidence le côté « fin de siècle » de cette oeuvre de jeunesse, délicate comme du Fauré. En total contraste, l’interprète choisissait une oeuvre de Thierry Escaich pour illustrer la pensée d’un compositeur bien vivant. Etonnant, clairement construit, ce « Récit » fait se succéder trois épisodes : une étrange mélopée lointaine qui soutient une phrase ardente et fragmentée que des éclats violents viennent interrompre de façon de plus en plus serrée ; un long crescendo qui conduit à une apothéose stridente et le retour plus serein du premier climat qui s’évanouit finalement dans le lointain. C’était la première fois qu’une oeuvre de Thierry Escaich était jouée à Romans. Pour conclure, avec quelle maestria, le jeune musicien donnait la gigantesque « Fantaisie et fugue sur le choral Ad nos, ad salutarem undam » de Franz Liszt : fresque cinématographique, aux multiples climats, aux cent visages, aux métamorphoses incessantes, au lyrisme et à la fougue impressionnantes ! Un véritable feu d’artifice !

Les prestations de nos jeunes invités, à Saint-Antoine-l’Abbaye, charmaient le public d’une toute autre façon (l’instrument est bien différent) : le talent des musiciens était unanimement salué et reconnu.

Les Amis de l’orgue de Saint-Barnard sont heureux d’avoir reçu, depuis trois ans, un aréopage étincelant d’interprètes de haut vol qui a mis en valeur, d’une si belle façon, l’orgue de la collégiale. Nombreux sont ceux d’entre eux qui nous ont dit avoir eu plaisir à jouer notre orgue, digne représentant de la facture néoclassique -qu’il est pourtant courant de critiquer actuellement. La qualité des timbres anciens, conservés par la restauration dictée par Maurice Duruflé, la polyvalence harmonique qui permet de faire sonner toutes les époques, et avec une particulière adéquation la musique symphonique et contemporaine, sont des atouts importants qui intéressent les musiciens. 

Nous tenons à remercier Yves Lafargue, Christophe Martin-Maëder, Jean-Baptiste Monnot et Mathias Lecomte pour leur talent et leur gentillesse.

Double Jeu ! Christophe Martin-Maëder – Samedi 11 septembre à 17h30

Deuxième épisode des Double Jeu ! ce week-end des 11 et 12 septembre avec un autre musicien de grande valeur : Christophe Martin-Maëder. Nouvelle occasion de découvrir le répertoire de l’orgue dans toutes ses dimensions en compagnie d’une « pointure » au talent confirmé, à la technique assurée et à la sensibilité affutée.

Christophe Martin-Maëder, né en 1959, étudie le piano avec Manuel Mascort et entre, à 13 ans, dans la classe d’orgue de Jean Langlais à la Schola Cantorum à Paris. Parallèlement à des études de droit, il poursuit sa formation d’organiste avec Odile Bailleux, Odile Pierre, Gaston Litaize et Jean Ferrard au Conservatoire royal de Liège. Il suit les académies d’été de Jean Boyer, Xavier Darasse, Bernard Foccroulle et Michaël Radulescu. Il travaille également l’écriture avec Julien Falk. Commence alors une carrière de récitaliste tant en France qu’à l’étranger. Féru de musique ancienne, il pratique le clavecin auprès d’Elizabeth Joyé, ainsi que le clavicorde. Il fut durant 15 ans le promoteur de la construction d’un orgue à double tempérament à Saint-Antoine de Padoue, à Paris, ce qui l’amena à y développer une importante activité culturelle, notamment chorale. Formé à la direction par Anton Swarowsky, il dirige à paris Vivaldi, Bach, Grieg, Fauré, Honnegger… Il est nommé en 1997 titulaire des grandes orgues de Saint-Augustin à Paris, à la succession de Suzanne Chaisemartin. Fort de pouvoir pratiquer un magnifique instrument symphonique, il élargit alors son répertoire aux oeuvres des XIXème et XXème siècle. En plus de l’activité liturgique attachée à ce poste, il y donne et organise des récitals, ainsi que des présentations de cet instrument prestigieux de Cavaillé-Coll. En 2004, il est fait chevalier des Arts et Lettres.

Il propose un programme très élégant qui s’ouvrira avec l’étonnant triptyque de Bach, isolé dans cet oeuvre immense et intensément poétique, avant d’aborder le répertoire symphonique français dans toute sa splendeur. Programme très adapté à l’orgue de Saint-Barnard, à son fond romantique très présent et à ses timbres généreux et transparents.

Johann-Sebastian Bach : Pièce d’orgue en sol majeur

Léon Boëllmann : Suite gothique

Eugène Gigout : Minuetto, Scherzo, Toccata

Charles-Marie Widor : Scherzo de la Quatrième Symphonie

Louis Vierne : Finale de la Première Symphonie

Entrée libre, participation aux frais. Samedi 11 septembre à 17h30.

A Saint-Antoine-l’Abbaye, Christophe Martin-Maëder jouera : Frescobaldi, Raquet, Scheidt, Haendel…


Double Jeu ! Yves Lafargue – Samedi 3 septembre 2011 à 17h30

Pour la troisième saison consécutive, les Amis de l’orgue de Saint-Barnard mettent les petits plats dans les grands et invitent, en collaboration avec les Amis de l’orgue de Saint-Antoine-l’Abbaye, des organistes virtuoses !

Le public est amené à entendre deux fois le même musicien sur deux instruments radicalement différents. A Romans, sur l’instrument néoclassique de la collégiale, les organistes donnent libre cours aux programmes panoramiques qui brassent époques, styles et écritures, avec une prédilection particulière pour le répertoire romantique et moderne (voire pour la transcription et l’improvisation). A Saint-Antoine, c’est l’époque baroque et classique qui est à l’honneur, eu égard à la somptuosité des timbres de l’instrument réputé dans le monde entier.

Double Jeu !, doubles concerts, doubles programmes, doubles difficultés nous direz-vous ! Doubles bonheurs de mélomanes nous répondrons-vous, à la lumières des précédentes occurrences de cette formule très « sportive » pour nos musiciens, mais idéale pour découvrir l’orgue et son infinie richesse !

Pour ouvrir le feu de ces Double Jeu ! 2011, nous recevons Yves Lafargue, organiste titulaire de la basilique de Fourvière à Lyon. Il nous propose un programme hautement virtuose et romantique et, surtout, très original. En effet, la majorité des oeuvres jouées est transcrite de l’orchestre :

Franz Liszt : Marche des pèlerins de Tannhauser de Richard Wagner

Ludwig van Beethoven : Allegretto, deuxième mouvement de la Septième Symphonie (transcription d’Yves Lafargue)

Edouard Commette : Souvenance (extrait des Quatorze Pièces) et Scherzo (extrait des Six Pièces)

César Franck : Prélude, fugue et variation

Hector Berlioz : Marche des pèlerins d’Harold en Italie (transcription d’Yves Lafargue) et Marche hongroise de La damnation de Faust (transcription d’Henri Büsser)

Filez à Saint-Antoine le lendemain et retrouvez le programme des concerts de la saison sur le site de l’association.

123



musicattitude01 |
My favorite things |
Gribouille et Eva |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalo Carrega, musicien
| mamadou-système
| Frank Woodbridge - Compos...