Musique l’été…

Chers amis,

Pour vous aider à passer un été pleinement musical, voici quelques idées, quelques pistes…

Auditions à Saint-Antoine-l’Abbaye (les dimanches à 17h00, entrée libre) :

26 juillet : Jean-Paul Ravel, organiste titulaire, avec la lecture de « Le dernier ami » d’Eric Durnez, en collaboration avec le Festival « Textes en l’air

2 août : Lionel Desmeules

9 août : Stéphane Catalanotti

30 août : Franck Bésingrand

6 septembre : Paul Goussot (Bordeaux)

13 septembre : Jean-Marc Leblanc (Paris)

20 septembre : Yoann Tardivel-Erchoff (Bruxelles)

27 septembre : Jean-Baptiste Monnot (Mantes-la-Jolie, Rouen).

 

Auditions à la collégiale Saint-Sauveur de Grignan (les dimanches à 18h30, entrée libre)

26 juillet : Gérard Goudet (Chalon-sur-Saône)

2 août : Viviane Loriaut (Evreux)

9 août : Sylvain Ciaravolo (Strasbourg)

15 août : Rémi Farrugia (Cannes) avec Cécile Lo Bianco, soprano et Dominique Tortiello, ténor

23 août : Fabienne Medurio (Montélimar) avec Lara Dormeau, violon

30 août : Frédérique Gros (Le Puy-en-Velay)

5 septembre (chapelle Saint-Vincent, 17h00) : Ensemble vocal du Pays de Dieulefit

 

Auditions à la collégiale Saint-Pierre et Saint-Paul de Saint-Donat-sur-l’Herbasse (les dimanches à 17h00, entrée libre)

2 août : Bernard de Quillacq (Dijon)

9 août : Michel Robert (Saint-Donat-sur-l’Herbasse)

16 août : Nathalie Ponce, basson, avec Michel Robert

22 août (20h30) : concert de clôture de l’académie Orgue et chant du Centre musical international J.S. Bach

23 août : Alain Bouvet (Caen)

28 août (17h00) : concert de clôture de l’Académie international d’improvisation conduite par Thierry Escaich

30 août : Maxime Heintz (Grignan)

 

 

Quelques perles musicales glanées sur Internet :

La fin de la dernière audition dominicale de Jean Guillou (voir la Lettre de la tribune n°13) à Saint-Eustache  :

https://www.youtube.com/watch?v=r-dYAmI_nxo

Jean-Baptiste Monnot sur l’orgue de la collégiale de Mantes-la-Jolie :

https://www.youtube.com/watch?v=HqeOjnofglY

Paul Goussot, à Bordeaux :

https://www.youtube.com/watch?v=KfR4ZcefA20

Yoann Tardivel-Erchoff dans une oeuvre de Maurice Duruflé

https://www.youtube.com/watch?v=_HkBNiukF68

 

 

 

Récital flûte de Pan et orgue, dimanche 12 juillet à 20h30

On se souvient que l’orgue de Saint-Barnard avait, lors d’une précédente saison, accueilli ses cousins à claviers : harmonium, accordéon, piano et clavecin. Cultivant cette heureuse habitude qui consiste à sortir le majestueux instrument de son isolement, tout en haut de sa tribune, les Amis de l’orgue de Saint-Barnard proposent, ce dimanche 12 juillet à 20h30, un original récital flûte de Pan et orgue.

L’immense instrument aux mille tuyaux d’étain, sous les doigts de Dominique Aubert, organiste de l’église de Chennevières-sur-Marne, en région parisienne, dialoguera avec les fines flûtes de bois de Philippe Emmanuel Haas, venu de Suisse. Orgue et flûte de Pan, conversation de cousins car l’on sait que l’un fut inventé par Ktésibios dans l’Egypte antique et utilisa des aulos, sortes de petites flûtes de bergers dont on peut se faire une idée, de nos jours, justement avec ces flûtes de Pan. Instrument mythique, il fut célébré par Mallarmé dans son célèbre « Après-midi d’un faune » (« …Tâche donc, instrument des fuites, ô maligne Syrinx, de refleurir aux lacs où tu m’attends ! »). C’est Ovide qui attribue la création de cet instrument au dieu grec tout à son désir de séduire la nymphe Syrynx. Naï de Roumanie, frestel de Provence ou des Pyrénées, firlinfeu de Lombardie, paixiao de Chine ou siku bolivien ou nyanga du Mozambique, la flûte de Pan est présente dans toutes les cultures musicales traditionnelles, jusqu’en Océanie. Elle prouvera, lors de ce concert, toute sa s ouplesse et son à-propos dans la musique des XVIème, XVIIème et XVIIIème siècle de toute l’Europe.

Le Duo Flûte de Pan et orgue fut constitué en 2009 et a été, depuis, invité dans le cadre de plusieurs festivals de musique ancienne et classique, en France et dans les pays francophones. Philippe Emmanuel Haas est né à Bâle. Il a fait ses études de flûte de Pan en musique ancienne et classique à Berne, en Suisse, et au Conservatoire de Hilversum, aux Pays-Bas. Il a participé à des cours magistraux d’interprétation sur des instruments en réplique d’époque au Centre international de formation musicale à Nice auprès de Jean-Loup Grégoire et de Simion Stanciu Syrinx ; dans le cadre de la Gesellschaft für alte Musik à Rastatt, en Allemagne, chez Hans-Martin Linde, ainsi qu’à l’Académie de Musique de Sion en Suisse dans le cadre du Festival Tibor Varga, sous la direction de Jordi Savall. Il a donné de nombreux concerts, en soliste accompagné à l’orgue, au clavecin, à la harpe ou au luth ou comme membre d’ensembles, en Allemagne, en Autriche, en Belgique et jusqu’en Californie, en Espagne, en Estonie et en Israël. En 1992 il était hôte enseignant de l’Académie Florigammes à Sartène, en Corse. Dominique Aubert est né à Arles. Il a obtenu un Premier prix de piano au conservatoire de Nîmes avant de se passionner pour l’orgue. Elève de Jean-Paul Lecot, organiste des basiliques de Lourdes, il a particulièrement travaillé l’écriture, l’interprétation et l’accompagnement liturgique. Il a participé à de nombreuses sessions d’orgue à Toulouse dirigées par Xavier Darasse. Organiste de 1976 à 1980 de l’église Saint Julien et à la Primatiale Saint Trophime d’Arles, il a été nommé, en 1982 à l’église Saint Pierre de Chennevières-sur-Marne . Auteur de plusieurs pièces à destination liturgique, il est membre de la Commission diocésaine de musique liturgique  du diocèse de Créteil.

Le programme s’avère un véritable panorama de la musique européenne, établi sur trois siècles et envisagé sous le jour original de la présence en soliste de la flûte de Pan. on entendra ainsi, la Prince of Denmark’s march de Jeremiah Clarke (1686/1707), une Suite de la Renaissance constituée de danses de Claude Gervaise (XVIème siècle) et Michael Praetorius (1571/1621) comprenant Pavane, Gaillarde, trois Bransles de Bourgogne, Volta, Bransle des villages, Allemande, Bransle double de Poictou et Spagnoletta, deux pièces extraites d’Alcyone ainsi que deux extraits du Deuxième Livre des pièces de viole de Marin Marais (1668/1733) transcrites par Jean-Paul Lécot, l’air « Now, O now I needs must part » de John Dowland (1562/1626), la Sonate en sol majeur opus 1 n°12 de Benedetto Marcello (1686/1739), la Toccata pour orgue de Gaston Bélier (1863/1938), des extraits de Six duos galants d’Esprit-Philippe Chédeville (1696/1762) et plusieurs airs opéras et d’oratorios de Georg-Friedrich Haendel (1685/1759).haas aubert

Virtuosité instrumentale et originalité seront, une nouvelle fois au rendez-vous des mélomanes et des habitués de la tribune de Saint-Barnard. Ce concert aura lieu le dimanche 12 juillet à 20h30. Entrée payante (10€, tarif réduit 5€ pour les moins de 12 ans). Billets en vente sur place.

Jeux d’orgue de Bernard Bender, samedi 27 juin à 17h30

Déjà close ce samedi prochain, la série des Jeux d’orgue de la collégiale Saint-Barnard aura, cette année encore, brillé par un éclectisme musical assez étonnant. Ouverte sur la virtuose prestation de Vincent Crosnier, poursuivie sur la pétulante participation de Philippe Gueit, la succession des concerts s’enrichissait, la semaine dernière, du dialogue suave et harmonie de l’instrument à tuyaux avec le violoncelle de Christophe Tseng, toujours juste, soutenu par son comparse Jean-Michel Petit aux commandes de l’instrument dont il est titulaire. Pour cette dernière occurrence, les mélomanes doivent s’attendre à des nouvelles envolées virtuoses et à des découvertes toujours aussi riches lors du concert de Bernard Bender, organiste titulaire du bel instrument de la collégiale Saint-Sauveur de Grignan.
Ce musicien, aussi discret que talentueux, n’est en rien un bateleur de tribune : musicien solide, il a reçu une formation enviable, au CNR de Strasbourg, dans les classes d’écriture, d’analyse et en orgue où il a obtienu la Première médaille dans la classe de Pierre Vidal en 1987. Ensuite, à la faculté de musicologie, il a présenté un travail de maîtrise sur l’œuvre pour orgue de Jehan Titelouze (le premier organiste français au XVème siècle). Admis au CNR de Grenoble, il a suivi un cycle de perfectionnement dans la classe de Pierre Perdigon et obtenu un Premier prix en 1990. Son agrégation d’éducation musicale en poche, il enseigne, depuis, au Collège Bernard de Ventadour de Privas.
Son programme se montre cohérent et révélateur de l’évolution musicale entre le début et le milieu du vingtième siècle. Les musiciens français illustrés sont les témoins de cette évolution au sein d’une école qui marqua l’histoire musicale et que la planète nous envie. De Gabriel Pierné, successeur discret de César Franck à Sainte-Clotilde, on entendra le Prélude extrait des Trois pièces opus 29. Albert Périlhou, peu souvent joué et mort à Tain-l’Hermitage en 1936, fut aux dires de Vierne, un « artiste du XVIIIème siècle ». On entendra de lui le Premier Impromptu, extrait du Livre d’Orgue. Louis Vierne, grand parmi les grands et toujours à redécouvrir, signe ce magnifique Impromptu, extrait de la Troisième suite op.54 des Pièces de Fantaisie et cette stricte, digne et puissante Toccata extraite de la Deuxième suite op.53 des Pièces de Fantaisie. Musicien éphémère mort au champ d’honneur, Jehan Alain s’intéressa très tôt à la musique ancienne, à une époque où elle n’intéressait plus personne. En hommage, il livra ces « Variations sur un Thème de Clément Janequin ». Gaston Litaize, comparse d’Alain (notamment lors de mémorable virées en motocyclette) fut un ardent artisan du renouveau de la musique liturgique et de concert ; on entendra de lui un Lamento extrait de ses Douze Pièces pour Grand Orgue. Lié aux précédent bien que brillant par son indépendance et l’originalité de son langage, Olivier Messiaen fut l’un des grands du XXème siècle. Son étonnante musique est toujours source de surprise tant elle est toujours nouvelle. D’un cycle écrit en 1935, La Nativité du Seigneur, Bernard Bender jouera deux extraits : « Les enfants de Dieu » et « Dieu parmi nous ».
Un tel programme garantira aux mélomanes d’intenses moments, aux prises avec l’excellence du musicien invité et emporté par des œuvres toujours à découvrir. La qualité du cycle des Amis de l’orgue n’est plus à démontrer. On attend beaucoup de leur prochain récital qui alliera, le 12 juillet à 20h30, la flûte de Pan de Philippe Emmanuel Haas et l’orgue de Dominique Aubert -on en reparlera.

Jeux d’orgue et Marathon : un week-end musical à Saint-Barnard

Les concerts se suivent sans se ressembler à l’orgue de la collégiale. Vincent Crosnier avait pris le parti d’un programme panoramique où les grandes pages du répertoire se succédaient dans une présentation colorée propre à rendre l’incroyable diversité d’un répertoire toujours à découvrir, surtout quand il aborde notre époque (une œuvre de Jean Guillou donnait à l’instrument l’occasion de se parer de sonorités inattendues). Philippe Gueit, qui lui succédait la semaine dernière optait, quant à lui, pour des pages parfois oubliées (notamment de Théodore Dubois) et d’autres plus célèbres (la fameuse « Toccata » de Widor, enflammée et virtuose) et concluait sur un bis tout en enthousiasme (une œuvre de Lefébure-Wely) qui achevait de conforter le plaisir du public.

Pour ce week-end majeur, tout entier dédié à la musique, les Amis de l’orgue de Saint-Barnard n’ont pas ménagé leur peine. Ce samedi 20 juin, à 17h30, Jean-Michel Petit, organiste de la collégiale, accompagnera le violoncelliste Christophe Tseng. Ce duo pourra s’exprimer dans un programme tout en originalité et en élégance. Ce sont les grâces du Grand siècle qui seront largement mises à l’honneur, avec une « Sicilienne » de Maria- Teresa von Paradis, une « Sonate » de Joseph Bodin de Boismortier, un « Lamento » de Fédérigo Fiorillo et un « Largo » d’un des fils de Bach mettront à l’honneur les grâces du Grand siècle ainsi qu’une « Sonate » de Benedetto Marcello. L’orgue seul s’illustrera dans une « Toccata » de Georg Muffat et un « Prélude » de Gabriel Pierné. Les deux musiciens se connaissent bien et se sont déjà produits ensembles à Romans. Christophe Tseng a débuté le violoncelle avec Reiner Rothmüth à Taiwan puis, à Paris sous la direction de Yvan Chiffoleau.  Il est entré ensuite à l’Orchestre national de Taiwan où, durant 15 ans, il a pu jouer avec les plus grands interprètes : Rostropovitch, Placido Domingo, Yo-yo Ma… Il a fondé le quatuor « Métropolitain », se perfectionnant dans le domaine de la musique de chambre. Depuis son arrivée en France en 2003 il a été invité régulièrement dans divers festivals, au « Château du Cingle », « Poly-Musicale » de Bollène… Christophe Tseng est actuellement le professeur de violoncelle à l’école de musique de Montélimar et Annonay ainsi qu’à Saint-Péray. Il est aussi le violoncelliste du récent trio « Les Musiciens de Sizéranne » et de l’ensemble de cordes « Zarlino ». Jean-Michel Petit, quant à lui, a commencé le piano à l’âge de 7 ans et a  travaillé à Grenoble avec Jeanine Collet. Après un Prix de supérieur 1 au Concours Lucien Wurmser, parallèlement à des études de sciences physiques, il est entré en classes d’orgue et de musique de chambre au Conservatoire de Grenoble avec pour professeur Mme Amiez-Falque. Nommé professeur de physique-chimie dans les Ardennes, il a travaillé l’orgue à Rethel, puis à Nevers (Nièvre), participant à des concerts de chorales ou à des heures d’orgue. Tout récemment, il s’est perfectionné avec Frédéric Muñoz et Jean-Claude Saliques. Actuellement il est organiste titulaire de la collégiale Saint-Barnard, à Romans-sur-Isère (Drôme).

Le lendemain, dimanche 21 juin, les mélomanes retrouveront cette manifestation hors normes que constitue le Marathon d’orgue de Saint-Barnard. Honorant la Musique de la plus belle façon, celle des vrais amateurs, les organistes de la région se succèderont aux claviers, à raison d’une demi-heure chacun, à partir de 15h00. On pourra entendre ainsi, Liliane Tauleigne et Bernard Fouilland (de Valence), Monique Cieren (de Die), Dominique Normand (venu d’Isère), Yann Le Viavant (de Bourg-les-Valence), tous accueillis par Jean-Michel Petit, organiste de la collégiale qui jouera les maîtres de cérémonie. Si l’on ne connaît pas encore le programme précis de ce concert fleuve, on sait que chacun aura à cœur de faire connaître, une nouvelle fois, le répertoire de l’orgue dans ses plus grandes dimensions (il se dit même que l’on aura du jazz, dès 15h00…)…

 

Violoncelle-Orgue-0003 

 

Jeux d’orgue de Philippe Gueit, samedi 13 juin à 17h30

Les Jeux d’orgue de Saint-Barnard ont démarré sur les chapeaux de roue avec la virtuosité de Vincent Crosnier, applaudi debout par un public sûrement saisi par le jeu de l’organiste, disciple de Jean Guillou. De son maître, il a véritablement hérité une approche musicale libre du répertoire, transcrit avec aisance et sens de la couleur sonore, et un jeu transcendant qui se fait fi de toutes les difficultés techniques.

Ce samedi 13 juin, c’est l’organiste de la cathédrale de Marseille, Philippe Gueit, qui sera aux claviers de la collégiale à 17h30. Philippe Gueit est né à Marseille. Son parcours associe le piano, la direction l’orchestre et l’orgue. Ainsi, après avoir reçu l’enseignement d’A. Boucourechliev et les conseils d’A. Rubinstein, il a obtenu une maîtrise de musicologie, un premier Grand Prix de piano et une  licence de concert. Lauréat de la fondation Laurent Vibert de Lourmarin, il a participé à des stages de composition avec F. Donatoni, H. Dutilleux et W. Lutoslawski. Médaille d’or au Conservatoire d’Aix-en-Provence dans la classe de direction d’orchestre, il a intégré ensuite le Conservatoire de Genève chez A. Gerecz et s’est produit à de nombreuses reprises, comme chef ou pianiste avec les chefs G. Sébastian, P. Mule, H. Gallois… II s’est vu confier plusieurs créations mondiales et a enregistré pour la radio ou la télévision. Philippe Gueit a abordé l’orgue avec Sauveur Bruschini puis a travaillé avec Jean Guillou. Il poursuit une carrière d’enseignant au Conservatoire national de région de Marseille et à l’Institution Sainte-Trinité de Marseille. Son activité l’amène aussi à assurer la programmation régionale sur Radio Classique et Radio Dialogue. II a été nommé, en septembre 1999, organiste de la cathédrale de Marseille où il a fondé les Vêpres musicales qui, avec les Heures musicales spirituelles, attirent régulièrement de très nombreux auditeurs. En 2002, il a conçu et supervisé l’installation de nouvelles grandes orgues à la Cathédrale de Marseille et leurs extensions successives : orgue de chœur (2006), console à 5 claviers.

Le programme de l’invité des Amis de l’orgue comprend la « Toccata en mi mineur BWV 914″ de Bach, un « Offertoire » de César Franck, l’ »Adagio » de la « Première Sonate » pour orgue de Felix Mendelssohn, trois pièces de Théodore Dubois (« Entrée de Cortège », « In Paradisum » et la fameuse « Toccata »), deux pièces de Louis Vierne (la « Méditation », transcrite d’une improvisation par Maurice Duruflé et le « Divertissement » extrait des « Pièces en style libre »), d’Alexandre Guilmant l’ »Adagio » de la « Troisième Sonate » et, enfin de Charles-Marie Widor, la célébrissime « Toccata », final de la « Cinquième Symphonie ». Des œuvres à la fois rarement entendues et d’autres plus célèbres et que l’instrument de Saint-Barnard mettra justement en valeur. Une nouvelle occasion offerte au public de découvrir la richesse du répertoire de l’orgue.

Philippe GUEIT

 

Jeux d’orgue de Vincent Crosnier, samedi 6 juin à 17h30

Les moments musicaux aux grandes orgues de la collégiale Saint-Barnard sont désormais inscrits dans les habitudes des mélomanes et constitueraient presque une tradition de l’animation du centre ancien, un moment important de la mise en valeur du patrimoine historique romanais. Depuis la rénovation de l’instrument et son inauguration, au début des années 1980, nombreux sont les musiciens qui ont posé leurs mains sur les claviers de l’instrument et ont charmé les auditeurs. Cette année encore, les membres de l’association des Amis de l’orgue organisent un cycle de concert durant ce mois de juin : les Jeux d’orgue, chaque samedi à 17h30 (entrée libre). Depuis quelques années, l’organisation de la saison musicale de l’association a été renouvelée et de nombreux virtuoses ont été invités. Les prochains concerts s’inscriront pleinement dans ce cadre. Les grands organistes invités feront entendre leur interprétation des chefs d’œuvre du répertoire mais aussi des pièces moins connues qui permettent de découvrir toute la richesse de la musique d’orgue.

C’est un des plus brillants organistes français qui ouvrira le cycle, ce samedi 6 juin. Vincent Crosnier, organiste titulaire de Saint-Joseph d’Enghien a été aussi, depuis 1990, l’un des suppléants du Maître Jean Guillou à Saint-Eustache, assurant près de 180 auditions dominicales remarquées par leur qualité et l’originalité du répertoire abordé (il a pu donner, dans ce cadre, l’intégrale de l’œuvre d’orgue de Maurice Duruflé, Jehan Alain et Paul Hindemith ainsi que la création française de plusieurs œuvres de Jean Guillou). Concertiste recherché que l’on a pu entendre dans de nombreux festivals européens (Festival d’Île de France, Festival Musica de Tournai, Orgelsommer de Lüneburg, celui de l’Association Albert Schweizer, Musicometa de Rome, Settimana Internationale organistica de Piacenza), Vincent Crosnier est un musicien généreux et libre, qu’aucune difficulté ne semble arrêter et qui mène son approche des œuvres avec une force de conviction qui le place au premier rang des interprètes de sa génération.

Preuve s’il en est de la virtuosité de l’invité des Amis de l’orgue, le programme qu’il propose au public pour ce concert. La « Fantaisie et fugue en sol mineur BWV542″ de Johann-Sebastian Bach est une gigantesque fresque, éloquente et puissante : d’abord dramatique parce qu’écrite après la mort de l’épouse de Bach, elle se libère soudain pour une fugue dansante, écrite sur le thème d’une chanson populaire hollandaise. Le répertoire romantique, si bien mis en valeur sur cet orgue, sera mis ensuite à l’honneur. Les « Etudes en forme de canon », de Schumann ont été écrites pour piano-pédalier, instrument quelque peu oublié mais qui suscita l’intérêt de nombreux compositeurs. Vincent Crosnier jouera deux de ces pièces (n°4 en La bémol majeur opus 56 n°4 et n°5 en Si mineur). Quoique plus tardifs, mais dans une veine identique, on entendra ensuite le « Scherzo » et le « Choral », deux extraits de la « Deuxième Symphonie de Louis Vierne. Donnant heureusement l’occasion à son public de découvrir une œuvre récente, Vincent Crosnier jouera « Säya ou l’Oiseau Bleu opus 50″ de Jean Guillou. Écrite sur le thème d’une chanson populaire coréenne, cette sorte de poème musical brode des variations toujours étonnantes qui mettent en valeur la richesse expressive de l’instrument. Le concert s’achèvera avec le superbe « Prélude et Fugue sur le nom d’A.L.A.I.N. », écrit par Maurice Duruflé (à qui l’on doit la rénovation de l’orgue de Saint-Barnard) en hommage à son ami Jehan Alain, mort héroïquement au tout début de la Seconde guerre mondiale. Loin d’un hymne de déploration, cette musique élégante et somptueusement harmonisée, est un hommage amical et digne.

Né en 1962, Vincent Crosnier a découvert l’orgue lors de cours particuliers ou d’académies d’été, notamment auprès de Jacques Marichal ou Alain Langrée. Sa rencontre avec Jean Guillou est déterminante : il a suivi son enseignement, de 1982 à 1990, au Meisterkursus de Zürich. Tout d’abord organiste suppléant à l’église Saint-Louis de Garches, entre 1987 et 1989, il a été nommé, sur concours, titulaire de l’orgue Merklin-Maciet de l’église Saint-Joseph d’Enghien-les-Bains. Depuis 2011, il est professeur d’orgue et de clavecin au Conservatoire de Vincennes et depuis 2014, de formation musicale.

Les mélomanes et ceux que l’orgue intriguent tireront le bénéfice d’un grand moment de musique en assistant aux Jeux d’orgue de Vincent Crosnier, ce samedi 6 juin à 17h30. Ouvrant de la meilleure manière le cycle, il démontrera un style que la critique a fréquemment salué : une chance de l’entendre à Romans !

NB : Mathilde Colas-Théobald, initialement prévue à cette date, est enceinte et a souhaité limiter ses déplacements… Nous formons nos vœux les plus chaleureux pour elle et son futur enfant !

Vincent Crosnier

Jour de l’orgue, dimanche 10 mai

L’association Orgue en France, qui fédère les activités d’une grande partie des associations liées à la mise en valeur des orgues, organise depuis plusieurs années, un Jour de l’orgue. La prochaine édition de cette manifestation aura lieu le 10 mai prochain. A Romans, les Amis de l’orgue de Saint-Barnard participent à cette fête en proposant au public de visiter l’orgue de la collégiale, sous la conduite de son organiste titulaire Jean-Michel Petit. Ainsi, dès 15h00, les curieux désireux mieux connaître l’impressionnante machine musicale, pourront accéder à la tribune. A 16h30, Christiane Boué, organiste tu temple du Petit Charran de Valence, et Frédéric Brun, organiste de Sainte-Marie de Bourg-de-Péage, rejoindront leur confrère pour un moment musical où l’on pourra découvrir près de quatre siècles de musique, preuve supplémentaire de l’intérêt de l’orgue de la collégiale. Pour cette journée, les Amis de Saint-Barnard et du Musée de la chaussure sont tout particulièrement invités à se réunir autour de la mise en valeur du patrimoine musical.
Parallèlement, les Amis de l’orgue de Saint-Barnard poursuivent leur action pédagogique au profit des enfants des écoles. Ainsi, Jean-Michel Petit recevra à Saint-Barnard, les enfants de l’école Pasteur de Bourg-de-Péage alors que Frédéric Brun conduira les enfants des Maristes (dès la maternelle) dans les entrailles mystérieuses de l’instrument de l’église de Bourg-de-Péage.
Enfin, en juin, chaque samedi, les Jeux d’orgue reprendront leur cycle annuel et régulier. Vincent Crosnier (organiste de Saint-Joseph d’Enghien), Philippe Gueit (organiste de la cathédrale de Marseille), Jean-Michel Petit avec le violoncelliste Christophe Tseng et Bernard Bender (organiste de la collégiale de Grignan) se succèderont aux claviers pour ces concerts gratuits toujours appréciés pour leur qualité musicale.
2015_05_07_sem_orgue

Information municipale

Afin de dynamiser le centre historique et de proposer de nouvelles animations touristiques, la Ville et l’Office du tourisme ont mis en place un petit train touristique. Ce petit train qui comprend une locomotive et trois wagons (soit 60 à 72 places assises) aura une vocation à la fois patrimoniale et commerciale.

Le circuit en boucle part de l’office du tourisme, avenue Gambetta, et passe par les incontournables en matière de patrimoine : le musée de la chaussure, la collégiale Saint-Barnard, les quais, la côte des Chapeliers et le belvédère, la tour Jacquemart.

Les passagers bénéficient d’une visite commentée. Le petit train fonctionne du lundi au samedi, de 10h30 à 12h et de 14h à 18h avec un départ environ toutes les 45 minutes, soit de l’office du tourisme, soit de la place Maurice Faure à proximité de la collégiale Saint-Barnard. Le parcours dure 30 minutes.

Le tarif est de 6 euros pour les adultes, 3 euros pour les enfants et 5 euros pour les groupes.

Les réservations sont gérées par l’office du tourisme : contact@romans-tourisme.com et au 04 75 02 28 72

Intermezzo de Pâques, lundi 6 avril à 16h30

La saison musicale des Amis de l’orgue de Saint-Barnard est marquée, on le sait, par les grandes manifestations de juin et de septembre, mais aussi par des concerts donnés ponctuellement, aux fêtes carillonnées. Ces Intermezzi du titulaire, donnés à l’invitation de Jean-Michel Petit qui a la responsabilité des claviers de l’orgue de la collégiale, font entendre l’orgue mais aussi d’autres musiciens.

Ainsi, ce lundi de Pâques 6 avril, à 16h30 (entrée libre), c’est un tout nouvel ensemble vocal qui donnera sa première prestation publique. L’Ensemble vocal Maxime Heintz chantera donc, pour le plus grand bonheur des mélomanes, dans la délicieuse chapelle du Saint-Sacrement sous la direction de son jeune chef et initiateur, le brillant Maxime Heintz, organiste mais aussi chanteur et chef de choeur. Le programme fera la part belle à la musique vocale ancienne avec des oeuvres de Palestrina (« Jesu, rex admirabilis »), Carissimi (« Felix anima »), Falconara (« O sanctissima anima mea »), de Mozart (« Se lontan ben mio tu sei » Kv 438, « Due pupille amabili » Kv 439 et « Luci care, luci belle » Kv 346). On entendra aussi trois mélodies de Gabriel Fauré (« Au bord de l’eau », « Les berceaux » et « Clair de lune ») ainsi que des pièces d’orgue données par Maxime Heintz sur le petit instrument de la chapelle.

Ce concert donne l’occasion de présenter le programme de la saison d’orgue de l’association chargée de mettre en valeur l’orgue de la collégiale dont on sait qu’il est au cœur, depuis quelques années, d’une activité renouvelée et originale. Cette année encore, les mélomanes pourront venir découvrir les sonorités multiples de l’instrument aux 2500 tuyaux jouées par des doigts (et des pieds) particulièrement expérimentés.

Ainsi, chaque samedi de juin, les Jeux d’orgue accueilleront Vincent Crosnier (organiste de Saint-Joseph d’Enghien, le 6 juin), Philippe Gueit (organiste de la cathédrale de Marseille, le 13 juin), Jean-Michel Petit avec le violoncelliste Christophe Tseng, le 20 juin et Bernard Bender (organiste de la collégiale de Grignan, le 27 juin à 17h30). Le traditionnel Marathon d’orgue aura lieu le dimanche 21 juin de 15h00 à 19h00, sans discontinuité, avec 8 organistes.

Un récital exceptionnel Flûte de Pan et orgue, avec Philippe Emmanuel Haas, à la flûte de Pan, et Dominique Aubert à l’orgue aura lieu le dimanche 12 juillet à 20h30 (entrée 10€, tarif réduit 5€).

Enfin, comme à l’accoutumée, les concerts virtuoses Double Jeu !, organisés en étroite collaboration avec les Amis de l’orgue de Saint-Antoine-l’Abbaye, permettront de régler les oreilles avides de splendeurs musicales,  chaque week-end de septembre, avec les extraordinaires musiciens que sont Paul Goussot (organiste de la collégiale Sainte-Croix de Bordeaux, 5 et 6 septembre), Jean-Marc Leblanc (organiste de Saint-Thomas-d’Aquin, Paris, 12 et 13 septembre), Yoann Tardivel-Erchoff (professeur-assistant au Conservatoire royal de Bruxelles, 19 et 20 septembre) et Jean-Baptiste Monnot (organiste de la cathédrale de Mantes-la-Jolie, 26 et 27 septembre, le samedi à Romans à 17h30, le dimanche à Saint-Antoine-l’Abbaye à 17h00).

D’autres manifestations sont prévues : le dimanche 10 mai, à 16h30, dans le cadre du Jour de l’orgue de l’association Orgues en France, Jean-Michel Petit, Christiane Boué (organiste du temple du Petit-Charan de Valence) et Frédéric Brun (organiste de l’église de Bourg-de-Péage) donneront un moment musical après avoir accompagné la visite de l’instrument. Deux autres Intermezzi sont prévus pour la Sainte-Cécile et Noël.

fichier pdf Affiche intermezzo 2

En complément de la Lettre de la tribune…

Pour éclairer encore la personnalité de Jean Guillou, nous vous proposons cette belle vidéo au cours de laquelle le Maître nous propose de mieux connaître les timbres de l’orgue de Saint-Eustache…

Là : http://fortefortissimo.tv/jean-guillou-improvisation/

1...56789...17



musicattitude01 |
My favorite things |
Gribouille et Eva |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalo Carrega, musicien
| mamadou-système
| Frank Woodbridge - Compos...